elrizzt
0 commentaires
Actualité, Blog à part, Jeu vidéo, News

shadow of war image

Le Nemesis System – Quand les studios refusent l’innovation

Presque 5 ans après la sortie de l’étonnant La Terre du Milieu: L’Ombre du Mordor, l’excellent Nemesis System développé par Monolith Productions continue, à tort, d’être inexploité par l’industrie du jeu vidéo.

Les prémices de Skynet

Acheter La Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre sur GoCleCd.fr (PC) et Amazon (PS4/XB1).

La Terre du Milieu: L’Ombre du Mordor avait marqué les esprits en 2014, notamment à cause de son Mordor verdoyant, certes, mais surtout grâce à son intelligence artificielle innovante, baptisée le Nemesis System. Il s’agit d’une mécanique qui permet à chaque ennemi de posséder une identité propre (apparence, voix et personnalité) et une conscience des actions du joueur. Ainsi, si vous brûlez le visage d’un capitaine Orc au cours d’un combat acharné, celui-ci s’en souviendra lors de votre prochain affrontement et vous le fera savoir avec une ligne de dialogue inédite. Ce n’est évidemment qu’un exemple parmi tant d’autres qui ne reflète en rien toute la richesse du Nemesis System.

En octobre 2017, Monolith Productions nous revenait avec une suite, intitulée La Terre du Milieu: L’Ombre de la Guerre, qui poussait le concept encore plus loin. L’ajout de la possibilité de pouvoir dominer et recruter des Orcs pour sa propre armée était l’occasion pour le studio de nous proposer un système de Nemesis beaucoup plus complet.

Chaque réaction est dictée par la personnalité de l’Orc et des interactions passée, non seulement vis-à-vis du héros, mais également des autres capitaines. La société Orc est vivante et les luttes de pouvoirs sont légion. Certains capitaines tenteront d’éliminer leurs rivaux, tandis que d’autres viendront, au contraire, secourir leur frère de sang.

shadow of war image
Ce capitaine Olog se doute que j’ai envoyé un de mes Orcs l’espionner.

Il m’est d’ailleurs déjà arrivé de me faire trahir par mon garde du corps, car j’étais en train de combattre son frère de sang et il ne l’a pas supporté. Et si par malheur, vous vous faites tuer par un Orc, capitaine ou non, celui-ci montera en grade, gagnera des niveaux et ne manquera pas de vous le faire remarquer à votre prochaine rencontre. Sauf bien évidemment si vous décidez de prendre les devants et de vous venger dans une mission de vendetta lors de son banquet.

En vert et contre tous

Il arrive également que certains Orcs (principalement les hauts gradés) ne prennent même pas la peine de vous tuer. En effet, alors qu’il allait me donner le coup de grâce, un capitaine a simplement déclaré : »Tu ne vaux pas la peine que je salisse ma lame », avant de partir vaquer à ses occupations, me laissant à genoux et humilié. Dans ma tête, je me suis dit : »Ah ouais, tu veux la jouer comme ça, et bien t’as intérêt à te cacher parce que je vais te montrer ce que c’est que d’être humilié ». J’ai fini par le retrouver, je l’ai vaincu et rétrogradé de niveau encore et encore jusqu’à ce qu’il perde ses facultés mentales et qu’il n’arrive plus à articuler 2 mots correctement (ouais, je suis un peu rancunier).

shadow of war image
Chaque capitaine possède également une combinaison de forces et faiblesses unique.

C’est là toute la force de ce système qui arrive à nous faire ressentir des émotions telles que la rivalité ou la vengeance envers une simple IA. Sachant que pour les plus émotifs, vous pourrez même ressentir une certaine tristesse lorsque l’un de vos Orcs favoris, celui-là même qui vous a sauvé la vie à de maintes reprises, tombe sous les coups d’un capitaine ennemi.

Cela permet de faire évoluer les événements d’une manière imprévisible et personnelle (en y ajoutant une dose de drama), et ainsi rendre chaque partie unique. Un autre joueur n’aura pas la même expérience que vous. J’ai d’ailleurs un ami qui a eu un événement insolite que je n’ai jamais vu en +50h de jeu : il s’est fait tuer par un Orc qui, avant de l’achever, lui a brisé son arme — oui, je parle bien de son arme épique qu’il avait récupéré à la sueur de son front — pouf, disparue. Bon, je me suis bien évidemment foutu de sa gueule, mais c’est typiquement le genre d’expérience inattendue que le Nemesis System vous réserve. Et personnellement, j’adore ça.

shadow of war image
Mon garde du corps qui s’amuse à sa façon… il est très joueur.

La Terre du Milieu: L’Ombre de la Flemme

L’intelligence artificielle et la répétitivité des jeux font typiquement partie des facteurs constamment critiqués par les joueurs. Imaginez un tel système sur des jeux de sport où les adversaires s’adapteraient à vos actions ; ou encore dans un RPG avec des villes remplies de personnages possédant une véritable conscience, les possibilités sont vertigineuses.

Alors pourquoi, à part le récent Assassin’s Creed: Odyssey — qui s’est contenté d’effleurer la surface en ne gardant que le système de génération aléatoire de personnages pour ses mercenaires — aucun autre jeu à l’heure actuelle ne semble s’intéresser au Nemesis System ?

C’est une question que je me pose depuis la sortie du second opus des aventures de Talion en 2017. À l’époque, le premier épisode était encore récent et je me disais que les studios avaient besoin de temps pour s’approprier le concept et pouvoir l’intégrer à leurs jeux. Maintenant, cela fait bientôt 5 ans que le titre est sorti et toujours aucune nouveauté à l’horizon.

Il est possible que le système soit beaucoup plus complexe à mettre en place qu’il n’y paraît, mais si Monolith productions a réussi à le faire, il n’y a aucune raison que les grosses entreprises de jeu vidéo, avec les moyens qu’elles ont, ne puissent y arriver. La vraie question, c’est : le veulent-elles vraiment ?

Une révolution incomprise

Il faut bien l’admettre, le Nemesis System possède inévitablement des limites, et il ne s’adapterait pas, dans son état actuel, à n’importe quel type de jeux. Peut-être que les studios ne veulent simplement pas investir de l’argent et du temps dans l’amélioration d’un concept aussi situationnel et complexe ; ou peut-être est-ce la faute des joueurs, qui n’ont tout simplement pas donné à la licence La Terre du Milieu la reconnaissance et l’attention qu’elle méritait, donnant par la même occasion l’impression aux studios qu’il s’agit là d’un système déjà obsolète. Nous n’aurons probablement jamais la réponse. J’aimerais simplement revoir jaillir des entrailles d’un Orc agonisant les fondements mêmes d’un système au moins aussi révolutionnaire. S’il vous plaît, messieurs les développeurs, ne reniez pas l’innovation, embrassez-la.

La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre est disponible sur PC, Xbox One et PS4.

0 commentaires