citizenerased
2 commentaires
À la une, Actualité, Console, Hack'n Slash, Jeux vidéo, Mobile, News

vignette news Diablo Immortal

Blizzard se plante complet dans sa communication autour de Diablo Immortal

Pendant la Blizzcon, l’équipe chargée de la licence a pu donner plus de détails sur Diablo Immortal et sur l’avenir de la série, tentant de rattraper le badbuzz de l’annonce du jeu mobile la veille.

C’est comme ça qu’on déchaîne les enfers

On ne va pas se mentir, ce n’est pas la joie chez Blizzard en ce moment, et la Blizzcon 2018 ne restera pas gravée dans les mémoires ou alors, pour de mauvaises raisons. Après le tollé qu’a soulevé l’annonce de Diablo Immortal à la cérémonie d’ouverture de la Blizzcon 2018, l’équipe de Wyatt Cheng a voulu revenir dessus lors d’un panel dédié avec un maximum d’informations sur le titre.

Les visiteurs de la Blizzcon sur place et les détenteurs d’un ticket virtuel ont pu assister à la conférence « What’s Next for Diablo » qui s’annonçait pour le moins… intrigante. Après le long moment de silence gênant suite à l’annonce du titre, c’était le moment idéal pour Blizzard de tenter de rattraper le coup.

Pour commencer, Cheng, le lead game designer de Diablo, a tenu à rassurer la communauté sur le fait que d’autres projets Diablo étaient bel et bien en préparation, mais que rien de tangible n’était encore prêt à être montré (si on en croit les rumeurs persistantes depuis quelques mois). Diablo Immortal est un à-côté, un titre intéressant pour ceux qui veulent expérimenter l’univers Diablo autrement, mais le titre n’est en aucun cas considéré comme un titre majeur de la série.

Scène principale de la Blizzcon sur Diablo Immortal

Le meilleur des deux mondes

Pourtant, Diablo Immortal compte bien exploiter l’univers du Seigneur de la Terreur afin de gagner en légitimité. L’histoire se déroule entre Diablo 2 et Diablo 3 après la destruction de la Pierre-Monde. Le titre devrait aussi explorer la genèse de l’univers afin que les néophytes puissent devenir plus familiers avec le monde de Sanctuaire.

Les joueurs seront amenés à affronter d’anciens ennemis bien connus comme des inédits, comme Skarn, présenté comme le sous-fifre préféré de Diablo, qui va tenter de ressusciter son maître grâce aux fragments de la Pierre-Monde (évidemment). Les joueurs rencontreront aussi d’autres figures connues de la licence bien plus amicales, comme l’increvable — jusqu’à un certain point — Deckard Cain.

frise chornologique Sanctuary

Au niveau du gameplay et du contenu, Blizzard a été assez exhaustif dans sa présentation :

  • Le jeu contiendra 8 zones et 7 donjons
  • On retrouvera toutes les classes de Diablo 3 et ses DLC (moins le Féticheur)
  • Chaque classe possède 8 compétences pour 4 équipées au maximum
  • Il n’y a pas de ressources (mana, rage, etc) à gérer.

De nombreux joueurs et journalistes ont pu mettre la main sur un téléphone équipé du jeu et nombreux sont plutôt positifs sur la prise en main, mais déplorent tout de même un manque de profondeur flagrant, souvent associé aux jeux sur téléphone, justifiant alors la crainte des joueurs à ce sujet.

Cheng a voulu être rassurant et énormément de fonctionnalités sont soit encore en cours de réglages, soit encore absentes comme le système d’inventaire.

Même s’il n’y a pas vraiment de surprise sur le dénouement de la question, le modèle économique n’a pas encore été officiellement fixé. Avec NetEase à l’autre bout des rênes, on peut s’attendre facilement avec un titre pensé pour le free-to-play, mais il est encore impossible de savoir quel impact des microtransactions aurait sur le jeu.

concept art de Bilefen

Torches et fourches +2 contre les démons

Seulement, la présentation s’est gâtée lorsque les spectateurs ont pu poser des questions à Wyatt Cheng et deux autres membres de l’équipe de développement.

L’une des questions était si le jeu sortait éventuellement sur PC, vu que les mécaniques sont tout de même proches d’un Diablo 3. Vu que la réponse était négative, la salle a commencé à huer les intervenants, chose rarissime, même à une Blizzcon. Cheng s’est senti obligé de lancer une question rhétorique : « vous avez tous un téléphone, pas vrai ? »

Le pire vient sûrement d’un rigolo qui a pu poser une question déplacée, mais ô combien révélatrice de l’état d’esprit de la communauté à ce moment-là, qui s’empressa de l’applaudir pour avoir eu le cran de lâcher une telle bombe en direct sur le stream officiel :

Est-ce que c’est un poisson d’avril avant l’heure ?

Ces passages gênants ont été coupés de la VOD officielle. Depuis, Blizzard semble très mal gérer sa communication et n’arrive pas à rattraper le fiasco autour de Diablo Immortal.

Alors que les « pouces rouges » ont envahi la barre de likes du trailer de Diablo Immortal, ce dernier a été retiré de YouTube puis remis en ligne aussitôt pour remettre à zéro la barre en question, et ce plusieurs fois, sans succès. C’est aussi sans compter que de nombreuses personnes rapportent que leurs commentaires ont été supprimés .

Sur 3 millions de vues, plus de 400 000 personnes ont cliqués sur le pouce vers le bas

Dans les plus hautes sphères de Blizzard, ce n’est vraiment pas la joie, se confie le cofondateur Allen Adham à Kotaku. Certes, la boîte s’attendait à d’éventuels retours négatifs, mais à ce point.

Nous savons que notre public est passionnément axé sur le PC et les consoles. Nous avons déjà vu cela auparavant et nous avons assisté à une réponse similaire lorsque nous avons annoncé que nous comptions porter Diablo sur console et lors de l’annonce d’Hearthstone.

Il est clair que leur incroyable passion pour Diablo se manifeste de manière intéressante. Ils aiment ce qu’ils aiment et veulent ce qu’ils veulent. Cette passion, c’est ce qui nous motive et nous la ressentons aussi.C’est la raison pour laquelle nous créons des jeux et pourquoi nous fabriquons des jeux depuis près de trois décennies maintenant – et pourquoi notre communauté est si passionnée par nos franchises.

De l’autre côté, Adham dément l’info que Diablo Immortal ne serait qu’un simple reskin d’un autre jeu de leur partenaire chinois NetEase, Endless of God. Le monsieur confirme que tous les assets du jeu sont nouveaux et que le jeu a été élaboré de zéro. La ressemblance entre Diablo Immortal et Endless of God viendrait du fait que la majorité des jeux du genre sur mobile en Asie utilisent une interface presque standardisée et récurrente, ce qui pourrait prêter à confusion.

De là à affirmer que le jeu a donc été pensé uniquement pour le marché asiatique, il n’y a qu’un pas que l’on n’osera pas franchir.

Diablo Immortal sera disponible à une date ultérieure sur Android et iOS.

2 commentaires
  • valiguard ~ Le 5 novembre 2018 à 18:37

    Donc la Blizzcom c’est :

    – un remaster de warcraft 3
    – un wow vanilla
    – et un diablo mobile pensé pour les chinois

    :x

  • hexen ~ Le 5 novembre 2018 à 21:03

    @valiguard Une Blizzcon standard quoi ! *yawn*