citizenerased
2
À la une, Actualité, Jeu vidéo, News

Blizzard suspend un joueur pro de Hearthstone hongkongais et Internet est en feu

Pour avoir affiché son soutien aux manifestations Hong Kong, Blizzard a suspendu Blitzchung, un joueur de Hearthstone professionnel. Depuis, la communauté est furieuse.

Qui sème le vent, récolte le Blizzard

Sale temps pour Blizzard, sous une tempête de gifles depuis hier.

L’info ne vous a sûrement pas échappé, mais Hong Kong connaît des temps troubles en ce moment. Avec un projet de loi qui permettrait à la Chine d’interférer dans ses affaires judiciaires, ses habitants manifestent depuis plusieurs mois, et les confrontations avec les autorités sont de plus en plus violentes. Les répercussions géopolitiques tardent à se faire sentir, mais il existe déjà des conséquences dramatiques là où on les soupçonne le moins.

Chung « Blitzchung » Ng Wai est un joueur professionnel de HearthStone et participe actuellement au tournoi HearthStone Grandmasters de l’Asie du Sud-Est. Lors d’une interview via vidéoconférence avec les commentateurs taïwanais, Blitzchung a commencé l’entretien vêtu d’un masque à gaz et de lunettes de protection, en scandant : « Libérez Hong Kong ! La révolution de notre temps !« . Avec ces symboles, le joueur hongkongais affiche et affirme son soutien aux manifestations, réprimées de plus en plus sévèrement par la police.

https://twitter.com/InvenGlobal/status/1180954142396710912?s=20

Gênés par ce happening, les commentateurs se sont cachés pour ne pas s’associer au discours de Blitzchung, mais ne l’ont pas interrompu pour autant, pas vraiment certains de la posture qu’ils devaient adopter. Si « l’incident » a pu rester assez confidentiel, Blizzard Taïwan a immédiatement supprimé la VOD.

Des internautes ont essayé de partager le clip sur le subbreddit de HearthStone, mais ce dernier aurait été supprimé par les modérateurs à plusieurs reprises. Un premier pas vers la catastrophe.

Peu de temps après, on apprend que Blitzchung est suspendu du tournoi et ne pourra plus participer à une compétition de HearthStone pendant un an. Pire encore, il ne ne pourra pas toucher les gains qu’il a pourtant gagnés, soit environ 10 000$ rapporte le New York Times.

Selon le commentaire officiel de Blizzard, Blitzchung aurait enfreint les règles du tournoi. En participant, Blitzchung accepte de ne pas porter atteinte à la marque de Blizzard, d’une quelconque façon que ce soit.

Bien que nous défendons le droit d’exprimer aux individus d’exprimer leurs opinions, les joueurs qui choisissent de participer à nos compétitions Esport doivent respecter les règles officielles de la compétition.

Démerdez-vous avec ça, Blizzard ne précisera pas les faits reprochés.

Dégâts collatéraux : les commentateurs. Ils auraient été remerciés dès le lendemain de l’interview. PC Gamer rapporte le témoignage de l’un d’entre eux qui ne ne comprend toujours l’impair qu’il a pu commettre.

Interviewé par Inven Global, site spécialisé dans l’Esport, Blitzchung connaissait les risques et ne regrette pas son geste. Il était important pour lui de le faire :

Comme vous le savez, des manifestations graves se déroulent actuellement dans mon pays. Mon appel était simplement une autre forme de participation à la manifestation sur laquelle je souhaite attirer davantage l’attention. J’ai mis tellement d’efforts dans ce mouvement social ces derniers mois que je n’arrivais parfois pas à me concentrer sur la préparation de mon match des Grand Masters.

Je sais ce que mon geste sur le stream signifie. Cela pourrait me causer beaucoup de problèmes, même pour ma sécurité personnelle dans la vie réelle. Mais je pense qu’il était de mon devoir de dire quelque chose à ce sujet.

Contre le Blizzard, on sort les parapluies

Depuis cet incident, la communauté HearthStone — et Blizzard en général — est assez circonspecte, voire furieuse. L’espace commentaires de l’article annonçant la suspension de Blitzchung a été fermé (ce qui est très rare) et le subreddit d’HearthStone est un champ de bataille encore à l’heure actuelle.

Beaucoup de joueurs ont exprimé leur indignation et leur dégoût suite à la décision du studio et appellent au boycott. Si bien que le subreddit a été fermé pendant quelques heures, protestation d’un des modérateurs qui a ensuite supprimé son compte. Les joueurs ont longtemps cru qu’il s’agissait d’un moyen pour Blizzard de ne pas laisser débattre de l’affaire.

D’autres modérateurs de longue date auraient également remis leur démission, dépassés par les événements ou par désapprobation avec la décision de Blizzard.

Sur les forums officiels, certains joueurs sont bannis à vie pour avoir ouvert un fil de discussion sur le sujet :

Banned from Blizz forums for 1000 years for posting about Hong Kong from hearthstone

Depuis, la protestation s’est bien évidemment répandue partout, notamment sur les réseaux sociaux comme Twitter. De nombreux internautes en appellent à un boycott et exigent que la sanction contre Blitzchung soit levée.

Certains d’entre eux ont envoyé des screenshots de demandes de remboursements, d’annulations d’abonnements World of Warcraft, quand ce n’est pas tout simplement la suppression d’un compte Battle.net. Le hashtag #BoycottBlizzard a beaucoup de succès.

J’ai annulé mon abonnement à World of Warcraft. Je soutiens les jeunes qui militent de manière proactive pour leur liberté et leur démocratie. Ils préparent un avenir meilleur. Les punir pour leur activisme est honteux.

Il y a également eu un autre tournoi HearthStone dont le flux Twitch a été pris d’assaut par des viewers déchaînés dans le chat. Il s’agit du Collegiate Hearthstone Championship où différents campus d’université s’affrontent.

Un des participants a montré un panneau où il est inscrit « Free Hong Kong » en direct. La régie a alors coupé l’image du jeu pour montrer uniquement la caméra de l’adversaire, alors que le coup final allait être donné. La gêne est réelle.

Pendant ce temps-là, des internautes pro Hong Kong ont repris la figure de Mei, l’une des héroïnes d’Overwatch, et en ont fait un symbole de résistance, dépossédant Blizzard de son personnage, comme le rapporte Eurogamer. Mei est chinoise, mais pas de Hong Kong. Le message est carrément double.

Mei the Force be with Hong Kong from HongKong

Les gros moyens ont été déployés pour sensibiliser le public à la cause. Notamment avec cette vidéo comprenant des incrustations assez impressionnantes, rendant également hommage aux protestations qui ont eu lieu à Hong Kong et en Chine.

Malheureusement, Blizzard n’a pas émis de commentaire officiel à propos du shitstorm qu’il est en train de se prendre sur la gueule :

Bobby Kotick, PDG d’Activision Blizzard, et en particulier le nouveau président de Blizzard, J. Allen Brack, n’ont ni parlé à la presse ni lâché un mot depuis que cela a débuté. Brack et Kotick semblent totalement ignorants de ce qui se passe, incapables de montrer qu’ils dirigent.

Vous n’avez pas de téléphone, les gars ? [En référence à cette phrase malheureuse de Wyatt Cheng lors de la présentation de Diablo Immortal à la BlizzCon 2018]

Microclimat

Vous l’aurez compris, le combat est également idéologique. Les Fans de Blizzard ont du mal à comprendre cette « répression violente » de la part de Blizzard alors qu’il s’agit de montrer du doigt un problème grave qui touche des personnes qui défendent leur liberté d’expression et de manifester. Certains manifestants sont aussi des gamers, tout comme Blitzchung.

https://twitter.com/Jooweein/status/1181618859092168704?s=20

Beaucoup y voient un moyen pour Blizzard de ne pas fâcher ses partenaires commerciaux en Asie où le studio américain a une très bonne implémentation. NetEase édite ses jeux sur le sol chinois et coproduit Diablo Immortal (le fameux), et Tencent possède presque 6% du capital d’Activision-Blizzard. Cette même boîte possède énormément de parts dans diverses sociétés liées au jeu vidéo partout dans le monde, dont Riot (qui lui appartient totalement), Super Cell, Epic Games, Bluehole ou encore Ubisoft. Pas plus tard que le mois dernier, la société a investi chez les Cimmériens de Funcom.

Ce n’est pas très grave qu’une grosse entreprise investisse un peu partout pour miser sur des retours, Vivendi le fait bien, mais Tencent fait partie de ces boîtes liées à la tech qui est directement subventionnée par le parti communiste chinois. Il peut donc y avoir conflit d’intérêts entre le business et la politique.

Pour Mark Kern, ancien membre de Blizzard qui a été un pilier sur de nombreux projets importants comme StarCraft, Diablo 2 ou World of Warcraft, il est évident que la communication de Blizzard et l’orientation de ses projets ont été influencés par le marché chinois depuis quelques années (#DiabloImmortal). L’ancien producteur en appelle donc au boycott de son ancienne boîte où doivent se trouver encore de nombreux amis. Selon lui, il n’est plus éthiquement juste de soutenir Blizzard, avec des arguments tirés de sa vie personnelle :

Ça fait mal, mais tant que Blizzard n’inversera pas sa décision à propos de [Blitzchung], j’abandonne l’idée de jouer à WoW Classic, malgré le fait que j’ai été de ceux qui ont convaincu Blizzard de le faire et que j’ai participé à sa création. Il n’y aura pas de guilde Mark of Kern, après tout.

Je suis ethniquement chinois. Je suis né à Taiwan et j’ai vécu à Hong Kong pendant un certain temps. Je fais des affaires avec la Chine depuis de nombreuses années, avec plusieurs sociétés de jeux vidéo là-bas. Je pense donc avoir une perspective valable ici, après avoir été chef d’équipe chez Blizzard et avoir grandi en Asie.

Au fil des ans, j’ai vu la Chine devenir la principale force d’investissement dans les jeux et les films. Il est dommage que les entreprises américaines n’aient jamais autant cru dans l’investissement de jeux que la Chine et l’Asie, mais cela a permis à la Chine d’avoir une influence sans précédent sur nos médias.

J’ai constaté rapidement la corruption des sociétés de jeux chinois et j’ai été remercié d’une société que j’ai fondée (après Blizzard) pour avoir refusé un investissement de 2 millions de dollars en provenance de Chine. C’est la première fois que j’en parle publiquement.

Les entreprises chinoises ont essayé de ruiner ma carrière avec des histoires fausses offertes à la presse. L’argent sert souvent à payer pour une presse favorable en Chine et une partie de celui-ci circule également ici aux États-Unis. Malheureusement, l’argent est roi. La Chine a réussi à infiltrer tous les niveaux de technologie, dans le jeu et plus encore.

Parmi toutes les entreprises du monde, Blizzard est la DERNIÈRE boîte que je m’attendais à voir céder aux demandes de la Chine. Blizzard parlait toujours de « les joueurs d’abord » et de « ne soyez pas gourmand ». Au moins, c’était le cas quand j’étais là-bas (Kern est parti en 2006, ndr).

Mais ça suffit. Je suis aux côtés de Hong Kong et je m’oppose à la peur évidente et ridiculement transparente de Blizzard à l’égard de la Chine. Il est temps que Blizzard se rebiffe et fasse de nouveau ce qui est juste pour les joueurs. Joueurs, faites-vous entendre.

Au passage, Kern balance une petite pique à Epic Games.

Et oui, cela signifie que je vais refuser tout accord d’exclusivité avec Epic. L’argent vient de Tencent. Em-8-ER ne sera jamais une exclusivité Epic Store. Cela pourrait signifier que nous ne ferons jamais d’argent avec, mais il y a plus en jeu que de simples… jeux. Une limite doit être tracée, et je la dessine maintenant.

  • (Optionnel) Dites-nous-en plus sur la raison de l’annulation de votre abonnement World of Warcraft.
  • J’ai réalisé ce jeu avec l’équipe. Je suis opposé à la peur de la Chine chez Blizzard et le bâillonnement de Blitzchung, j’en appelle à Blizzard de s’élever pour ce qui est juste.

Comme dit plus haut, il est vrai que le silence de Blizzard à ce sujet est assez étrange, bien que l’affaire soit encore relativement récente. Cependant, c’est un peu comme l’usine de Lubrizol à Rouen : une absence de commentaire clair de la part des responsables n’est pas rassurante.

Pas plus tard que cette semaine, un match d’exhibition de la NBA a été annulé en Chine parce que le manager des Houston Rockets a eu le malheur de dire qu’il soutenait les manifestations de Hong Kong (supprimé depuis). La réponse a été instantanée et sans appel, car absolument tous les partenaires chinois ont lâché la NBA, même si cela risque de leur coûter des milliards de dollars. D’ailleurs, Tencent était chargé de retransmettre le match sur les réseaux.

Pourtant, il semblerait que des protestations au sein de Blizzard aient déjà commencé, notamment sur le fameux campus d’Irvine en Californie. La célèbre statue de Thrall sur son loup a été « vandalisée » avec certaines devises de la société qui ont été masquées, car ces dernières rentrent en totale contradiction avec les événements actuels. Kevin Hovdestad, un ancien attaché de presse de Blizzard, partage une photo de l’acte :

Tout le monde à Blizzard n’est pas d’accord avec ce qui s’est passé. Les valeurs « Penser de manière globale » (en référence au monde, ndr) et « Chaque voix compte » ont été dissimulées par des employés en colère ce matin.

L’événement est encore assez discret, mais des employés sont en train de manifester avec leurs parapluies, en référence à la Révolte des parapluies de Hong Kong qui a eu lieu en 2014, prémices des manifestations actuelles. Une autre photo est apparue sur Imgur, sans que l’auteur·e n’ait pu être identifié·e.

Et parce que l’humiliation n’était déjà pas assez forte, Epic Games a déclaré auprès de The Verge qu’il « ne sanctionnera pas les joueurs qui veulent faire passer un message politique« .

Epic soutient le droit de chacun d’exprimer ses opinions sur la politique et les droits de l’homme. Nous n’interdirions ni ne punirions un joueur ou un créateur de contenu Fortnite pour avoir abordé ces sujets.

Mes aïeux, quelle époque formidable nous vivons. Au fait, des attentes particulières pour la BlizzCon 2019 ? C’est dans moins d’un mois.

2 commentaires
  • Gorilla ~ Le 10 octobre 2019 à 06:41

    Merci pour le récap’ de toute cette affaire, c’est le plus complet que j’ai lu en Français.
    Blizzard n’est plus à une déception prés mais là ils font très fort, on dirait qui veulent faire concurrence à EA comme entreprise la plus détestée du secteur.
    En tout cas ça promet pour l’ambiance de la blizzcon qui risque d’être électrique !

  • elrizzt ~ Le 10 octobre 2019 à 18:01

    Ce sont les actions de Blitzchung qui ont foutu Blizzard dans la merde. Si le studio n’avait rien fait, il se serait pris un shitstorm d’une autre nature dans la tronche. Blizzard était coincé.

    Par contre, je trouve que l’histoire prend des proportions aussi démesurées que la sanction de Blitzchung.