citizenerased
0 commentaires
À la une, Actualité, Console, FPS, Jeux vidéo, PC, PS4, Test, Xbox One

Test Titanfall 2 image une

Test Titanfall 2 – J’aime trop ton boule de Mech

Ah, Titanfall ! Ce pied de nez merveilleux que les anciens développeurs des premiers Call of Duty ont fait à Activision après avoir été jetés comme des chaussettes sales. Suite à un premier épisode solide, mais finalement un peu maigrichon, il était évident qu’un deuxième opus devait, à un moment donné, pointer le bout de son nez. Le voici donc, fier comme un coq. Deux ans après son grand frère, il ne demande qu’à ce qu’on lui fasse confiance et même à prouver qu’il sait mieux faire. Va ! Prends ton envol à coups de jetpack et de lancers de Titan ! Impressionne-moi !

Tout ça reste entre Mechs

Nous sommes au 31e siècle (en fait, on n’en sait rien) et l’humanité est, une fois de plus, en guerre. Les champs de bataille de cette époque sont dominés par de gigantesques machines de guerre robotisées, connues sous le nom de BattleMe… Titans. Aux commandes de ces redoutables engins, on trouve des hommes et des femmes qui constituent l’élite de l’élite, et qui savent que chaque bataille risque d’être leur dernier combat. ON LES APPELLE, MECHWARRIORS¹. Ah ? Juste des pilotes ? Ah. Des pilotes, donc.

Sur le papier, le concept de Titanfall est assez génial. On reprend un FPS classique comme, euh… COD et on assume un côté survitaminé dans un contexte futuriste accompagné de gadgets en tout genre (avant que COD ne parte en sucette d’ailleurs). On place le jeu sur deux échelles : à pied et aux commandes de Mechs² nommés Titans qui dominent le champ de bataille, tels des dieux grecs impitoyables, armés de canons de 40mms. Le pilote est rapide, agile et meurtrier. Grâce à son jetpack, il peut se mouvoir comme bon lui semble sur le terrain, faisant fi des obstacles qui s’offrent à lui. Un pilote expérimenté et optimisant au mieux ses capacités de mouvements peut être véritablement véloce sur le terrain. Quand il fait enfin appel à sa fidèle monture, son Titan, le tandem devient lourd, massif et encore plus meurtrier. Les camps qui s’affrontent doivent alors user de leurs pilotes et de leurs Titans à bon escient pour arriver à prendre le dessus sur l’adversaire.

titanfall2_test_01

C’est l’histoire d’un Mech…

Titanfall, premier du nom, proposait apparemment une campagne solo. J’y ai joué pourtant. Mais si le fait de rajouter des cinématiques dans un coin de l’écran et en plein milieu d’une partie multijoueur classique — on n’est alors incapable de suivre ce qui se passe, étant donné que le noob d’en face n’arrête pas de nous canarder avec son Smart Pistol — permet d’appeler ça une campagne, alors oui, Titanfall avait une campagne solo. Pas terrible donc.

Respawn a entendu la critique, et en a tiré toutes les leçons. Cela fait un moment que les développeurs promettent monts et merveilles avec cette campagne nouveau cru, mais force est de constater que oui, l’effort a été accompli et surtout remarqué. Après la bataille de Déméter dans le premier volet, la guerre entre les « gentils marxistes » miliciens et les « méchants capitalistes » de l’IMC fait toujours rage. Vous incarnez Jack Cooper, un fusilier de la Milice, en opération sur la planète Typhon, qui abriterait un complexe de recherche de l’IMC. Le débarquement ne se déroule pas du tout comme prévu et votre unité se fait décimer. Blessé, vous vous cachez le temps que la tempête passe. Sur son lit de mort, le capitaine, qui vous avait dans ses petits papiers, vous confie son Titan nommé BT-7274,  » BT  » pour les intimes. Vous voilà donc propulsé au rang d’élite du jour au lendemain, coincé sur une planète hostile, avec pour seul compagnon un grand gaillard de 5 mètres de haut qui ne comprend pas le sarcasme. De supers vacances en perspective, dites donc.

titanfall2_test_02
Evoluer dans l’environnement avec son kit de pilote est toujours aussi agréable

Et pourtant, au fil de l’aventure, même si la narration est parfois très maladroite ou expéditive, on sent un lien qui se crée entre Cooper et BT. Il vous sera, en outre, possible de dialoguer via un système simple de choix de réponse tout au long du périple. Si, en soi, un simple script peut suffire, il faut avouer que cela implique un minimum le joueur dans les échanges entre l’homme et la machine. Il est juste dommage que cela n’aille pas plus loin. Par exemple, on aurait pu donner des directives à BT, lorsque telle ou telle situation peut faire l’objet d’une décision. Si l’histoire ne casse pas trois jambes à un Titan et que tout cela semble finalement très convenu, on se rend vite compte que le jeu accomplit une chose que l’on ne fait plus depuis longtemps dans les FPS solo et qui ne revient à la mode que depuis peu de temps avec DOOM ou encore Wolfenstein : délaisser le spectacle, même s’il y en a, pour se concentrer sur le gameplay et rien que le gameplay.

Si on avait tout pour s’attendre à une campagne couloir digne d’un COD, que nenni : les environnements vastes sinon semi-ouverts qui s’offrent au joueur lui permettent souvent d’approcher la situation de bien des manières. Le choix des différentes armes arrive très rapidement et on peut faire mumuse à sa guise. Une fois que BT entre en action, vous pouvez rester tranquillement dans votre cockpit pour dégommer à loisir ce qui se présente devant vous. Vous avez également la possibilité de bouger un peu pour finir le travail à la main, avec BT en appui feu. Il arrive même que dans certains niveaux, les coups de feu se fassent très rares, si bien que le joueur progresse au fil de différentes phases de plateformes plutôt ardues ou alors de puzzles assez simples, mais efficaces, tout en introduisant à chaque fois une nouvelle notion de gameplay cohérente. 

titanfall2_test_03
« Le nombre de variables est important, mais se lancer comme une balle de tennis vers ce vaisseau devrait être une bonne idée. »

Les paysages sont impressionnants et assez marquants. C’est surtout parce qu’ils servent avant tout le gameplay de la campagne, quitte à être parfois un peu tirés par les cheveux. Mention spéciale au niveau du complexe de recherche : grâce à un appareil, le joueur peut se projeter à volonté entre deux époques pour progresser dans le niveau. Il doit cogiter un minimum pour avancer, en fonction des objets ou des obstacles existants – ou non – selon les phases. Le niveau a dû être alors modélisé deux fois pour symboliser la transition entre les deux dimensions : un sacré boulot. Si un jour on m’avait dit que les créateurs originaux de Call of Duty feraient un FPS solo qui tiendrait plus du Portal que de COD, je me serais sûrement fait péter un anévrisme à force de rire ; ce qui aurait été une fin ridicule, et surtout tragique pour ma famille. Un autre moment marquant qui me hante encore : celui où j’ai réquisitionné un outil important à un bot ouvrier pour progresser dans le niveau. Ce dernier est parti dans une dépression profonde, dont la tristitude s’est affichée sur son écran de contrôle. Cela m’a fendu mon petit cœur en deux, et j’ai ressenti la peine de lui avoir volé son travail… Toujours est-il qu’il faut compter 5 ou 6 heures pour boucler la campagne. Ce n’est pas folichon, surtout après les 15/20 heures de DOOM, mais c’est 5 heures d’un rythme soutenu et intelligent. Ah, au fait, je vous avais dit qu’il y avait Joey Starr dans le jeu ?

titanfall2_test_05
Les passages calmes permettent de cogiter un peu sur la marche à suivre

Mon Mech s’appelle Jean-Claude

Bon, après une bonne petite campagne surprenante et sympathique, il faut s’attaquer au gros morceau du jeu : le multi. Si Titanfall premier du nom était un titre solide et prenant, le deuxième devrait pouvoir relever le défi en faisant mieux sans trop de difficultés… ou peut-être pas.

titanfall_test_06
Dernier Titan : 10 Titans entrent, les moins mauvais sortent.

Question modes de jeu, on retrouve les classiques comme l’attrition, les captures de point, captures du drapeau, dernier Titan et quelques modes inédits. Pour passer en revue les vieux modes, les principes restent les mêmes avec quelques rééquilibrages par-ci, par-là. L’attrition reste le mode de « base » avec ses IAs qui grouillent sur le champ de bataille et qui ne demandent qu’à se faire défoncer par les pilotes qui passeraient par là. La présence de troupes gérées par l’IA a toujours été une source de débats dans la communauté : « ça ne sert à rien ; ça distrait… « . Personnellement, je trouve que l’IA donne une ambiance sur la map. Ça tire de partout, les soldats dialoguent entre eux, annoncent parfois des infos clés. Le vrai problème est qu’ils n’ont pas évolué depuis le premier jeu. Comme dans le précédent opus, leur présence reste toujours négligeable et ils ne sont là que pour décorer. Il aurait été plus intéressant de les rendre plus dangereux et surtout moins débiles, afin qu’ils puissent ajouter une réelle plus-value au gameplay général. Seul nouveau twist : de nouvelles troupes de plus en plus puissantes arrivent au fur et à mesure de la progression de la partie, faisant apparaître des spectres d’élites ou des mini-titans appelés Faucheurs. Rien à voir avec Overwatch.

Le système de déplacement est toujours aussi fluide, intuitif et donc agréable. Pas comme l’hérésie que constitue le déplacement en exo des derniers Call of Duty, très scripté et trop rigide. Les cartes sont pensées dans ce but. De plus, on ressent toujours un réel plaisir à sauter de mur en mur en prenant toujours plus de vitesse avec son jetpack. Le gunplay est également toujours aussi efficace, même si on ressent parfois une trop grande facilité à toucher les cibles. C’est tout à fait compréhensible, étant donné que celles-ci, comme les pilotes, se déplacent très vite. Cela reste toutefois peu gratifiant pour les hardcores de la souris. Mais enfin soit. Très similaire au premier volet, Titanfall 2 se joue et c’est le principal.

titanfall2_test_07
Le Legion avec son Gatling Predator : « It costs 400 000 dollars to fire this weapon for 12 seconds. (Ça coûte 400.000 dollars de faire feu avec cette arme pendant 12 secondes) »

Le vrai changement au niveau du gameplay du pilote est le choix de son équipement. Si tous les pilotes étaient auparavant équipés d’un camouflage optique, ce dernier ne compte à présent que comme un gadget principal, à choisir parmi d’autres comme un grappin, un sonar, un téléporteur personnel et bien d’autres encore. Faisant office de classes, ils arrivent vraiment à diversifier le jeu selon le choix des armes et des grenades en parallèle une fois dévérouillés. Il est juste un peu dommage de toujours retrouver les mêmes armes dans les gunfights, étant donné qu’elles sont les plus efficaces dans la plupart des situations. Bonjour le R-201 et le CAR.

Et le Titan dans tout ça ? C’est lui la star de la série, non ? Et bien, la grosse nouveauté de cette seconde itération est la refonte du système des Titans, pour le meilleur et pour le pire. Je m’explique. Dans Titanfall 1, il existait trois châssis de Titans, en fonction de notre souhait d’une meilleure mobilité ou d’une meilleure résistance.  À cela, on rajoutait l’arme que l’on désirait et le noyau pour exécuter une capacité spéciale une fois chargée. Ici, les châssis à choisir sont au nombre de six, ce qui est cool, mais le « problème » réside dans le fait que les armes et les noyaux sont liés aux châssis eux-mêmes. Si le choix s’en retrouve étoffé, il n’est plus possible de customiser les Titans à 100%, mis à part quelques atouts. Même si l’on est déçu au premier abord, on sent qu’il y a eu une véritable réflexion d’équilibrage derrière cette décision. Les combats Titan contre Titan deviennent un peu plus tactiques. Car avec l’expérience, on connaît la capacité du robot d’en face et le rythme a été rééquilibré pour être plus lourd et plus tendu. Les Titans sont un peu plus résistants, mais avec des capacités d’esquive en moins ; la moindre erreur peut vous mettre dans une situation si inconfortable que votre Titan risque de casser sa pipe en moins de temps qu’il n’en faut pour crier « ÉJECTION ».

titanfall2_test_08
Le champ de bataille de Titanfall 2, c’est l’occasion rêvée de faire ses courses : « tu veux des piles ? »

Autre changement dans ce nouvel opus : l’attaque rodéo qui consiste à monter sur un autre Titan en tant que pilote. Avant, l’attaque rodéo revenait à arracher la coquille du Titan ennemi pour lui vider un chargeur dans la cervelle, histoire de faire de bons gros dégâts directement au robot. La seule contre-mesure pour le Titan victime était de débarquer son pilote afin qu’il puisse dégager le parasite à la main, ou alors de balancer le bon gros fumigène électrique pour le déloger sous peine de mort, s’il en était équipé. Désormais, l’attaque rodéo consiste à arracher la pile à fusion du Titan et… à sauter en marche. Il n’est plus possible de rester accroché pour infliger des dégâts supplémentaires.

La seule possibilité revient alors à remonter sur le Titan, où le pilote lance une grenade dans le trou laissé par la batterie absente… avant de sauter à nouveau. Cette action devient en plus compliquée, car le pilote du Titan est alors déjà au courant du fait qu’un autre joueur lui tourne autour comme une mouche. Cette décision des développeurs est des plus étranges étant donné que le fameux fumigène est désormais monté en série sur tous les Titans. Ce nerf du rodéo est dommage, car on n’ose plus faire face à un Titan en tant que pilote, alors qu’on pouvait représenter une force de harcèlement non négligeable auparavant. Ceci renforce un peu la déception puisque des armes étaient quasiment dédiées à cela dans Titanfall. Elles se retrouvent désormais un peu inutiles. Un point positif tout de même, qui est plutôt malin : une fois la pile d’un Titan volée, vous pouvez la ramener à votre Titan personnel ou à celui d’un allié pour lui rendre de la vie et lui octroyer un bouclier temporaire – le même que dans le premier épisode. En somme, beaucoup de rééquilibrage pour un peu de nouveautés et finalement une expérience renouvelée, qui demandera un certain temps d’adaptation aux vétérans.

Touche pas à mon Mech

Parmi les autres points qui méritent d’être mis en avant : le nouveau mode Colisée qui vous demandera de payer en crédit (ou d’acheter du Mountain Dew en Amérique du nord) pour vous confronter à un autre joueur afin de gagner plus rapidement des éléments cosmétiques (si vous n’êtes pas trop mauvais), un mode brouillon (8 contre 8), de nombreux schémas de peintures pour vos Titans, des armes et des tenues, un système de progression qui privilégie la diversification du gameplay en récompensant l’essai de choses nouvelles, des exécutions déblocables, un système d’Happy Hour et surtout… LA PROMESSE DE DLCS GRATUITS. HALLELUJAH ! Venant d’EA, quitte à saboter la sortie du jeu avec celle de Battlefield 1, cela est quasiment inespéré. En souhaitant qu’on se retrouve avec des éléments de qualité comme de nouvelles cartes et de nouveaux Titans et non juste des objets cosmétiques à deux francs, six sous. Oui, c’est vieux comme expression.

Un petit truc que je peux encore reprocher au jeu est le manque d’ambiance dans les parties. Oui, je sais, les personnages qui blablataient dans le coin de l’écran et qui beuglaient des infos dont on ne voulait pas, c’était usant pour certains, mais la sensation d’urgence qu’on avait avec la ligne radio saturée et les commentaires des supérieurs donnait un cachet à l’atmosphère du champ de bataille, ce qui est beaucoup moins prononcé dans ce nouvel opus. Je cible aussi l’embarcation dans les Titans qui ne sont plus à la première personne, ce qui renforçait plus en avant la sensation de rentrer dans une machine de guerre géante. Mais enfin, je chipote beaucoup.

titanfall2_test_08
Deux pilotes dans l’arène, le moins mauvais gagne la gloire, les skins et le sel.

Vise un peu mon Mech

Titanfall 2, c’est l’amélioration en petites touches d’un jeu qui ne demandait qu’à devenir meilleur. Tout n’est finalement pas parfait, mais l’introduction d’une campagne intéressante et solide, le rééquilibrage du multijoueur, la promesse de DLCS GRATUITS – nom d’un Titan ! – et une courbe de progression sympathique font de Titanfall 2 un titre que tout bon fan de FPS multi se doit d’avoir. Le gameplay sur deux échelles et les déplacements à pied sont toujours efficaces et plaisants ; celui en Titan s’est bonifié, même s’il s’est un peu rigidifié… Si je donne l’impression de démonter le jeu sur tous les petits détails depuis quelque lignes déjà, c’est parce que je suis déçu que le titre ne soit pas parfait. En effet, le seul point qui pêche est l’absence d’éléments qui étaient présents dans le premier opus et qui ont disparu depuis. Mais dans l’ensemble, le jeu est très agréable et très intéressant. Si Battlefield 1 ne vous a pas attiré/convaincu, ne tournez pas le dos à cette version de Titanfall, prouvez que vous l’aimez, achetez-la !

►Points forts

  • Des robots géants.
  • Plutôt joli.
  • Une très bonne campagne.
  • Le gameplay sur deux plans réussi.
  • Multijoueur toujours efficace.
  • Joey Starr.

►Points faibles

  • L’impression parfois d’avoir une simple version améliorée du premier.
  • La customisation des Titans est un peu trop rigide.
  • L’ambiance est un peu en arrière plan.
  • L’intérêt en berne du rodéo.
  • Joey Starr (il ne joue pas très bien).

T’aimes les Mechs ? Ce soft est pour toi.

Test Titanfall 2 Note 17

¹ Mechwarrior 3 ma gueule, TMTC
² Mecha, c’est le terme japonais. Le vrai terme, c’est Mech pour Mechanical. Donc je considère que Mecha, ce sont des robots mais au féminin. No rage, Gundam c’est pour les fiottes, Battletech FTW.

Titanfall 2 est sorti sur PC, Xbox One et PS4 le 28 octobre.

War Legend a bénéficié d’une copie presse fournie par l’éditeur de ce jeu.
Notre test est basé sur la version PC.

Achat GoCleCd.

0 commentaires