ennuigh
2 commentaires
À la une, Actualité, Jeu vidéo, News, Test

Les trois héros face à l'arbre Mana

Test Secret of Mana – La nostalgie a bon dos

25 ans après la sortie de Secret of Mana, Square Enix nous propose un remake de ce grand classique du JRPG. Malheureusement, ce Secret of Mana n’est pas à la hauteur de la réputation de l’original.

Il était une deuxième fois…

Secret of Mana raconte l’histoire de trois jeunes héros qui se retrouvent malgré eux en confrontés à des forces maléfiques dont la motivation ultime est de dominer le monde à l’aide du Mana. Le but de ce remake était de remettre au goût du jour l’épopée classique de Randy et ses amis.

L'Épée de Mana

Et l’idée est bonne : si l’original a su s’imposer comme l’un des piliers du JRPG, son gameplay, son ergonomie et ses graphismes ne font, aujourd’hui, plus honneur à ce jeu vieux de 25 ans.

Seulement, le remake ne répond pas aux attentes, à de nombreux niveaux.

C’est beau, mais pas trop

La première chose que l’on remarque, c’est que les graphismes sont vifs et colorés (ce qui ne plaira pas à tout le monde). Les textures des personnages sont belles, mais celles de l’environnement sont inégales.

Randy court le long de la rivière

Cependant, l’un des principaux intérêts de refaire en 2018 un jeu qui date de 25 ans, c’est d’ajouter de l’émotion là où il ne pouvait y en avoir. En 1993, on avait une simple boîte de texte, et notre imagination devait se charger du reste. Aujourd’hui, la technologie permet d’insuffler la vie dans le jeu.

Alors la question est simple : pourquoi ne pas avoir animé la bouche des personnages lors des dialogues ?

Randy manque de tomber
Les bouches ne sont pas animées lors de la parole.

Malgré l’absence de synchronisation labiale, les expressions faciales sont ratées.

Animation faciale de Randy lorsqu'il est triste

Pourquoi ne pas avoir animé la bouche des personnages lors des dialogues ?

Rien de transcendant du côté des musiques réorchestrées. On peut choisir les musiques originales, et c’est toujours un plus.

Cependant, là où Square Enix nous gâte, c’est avec les doublages japonais. Donner une (bonne) voix aux personnages rajoute clairement de la plus-value à l’expérience de jeu.

C’est comme avant, mais en 3D

Le gameplay en lui-même a de nombreux problèmes inhérents au jeu de 1993. Certains diront que même si certaines mécaniques sont frustrantes, elles sont toujours présentes car il fallait rester « fidèle à l’original ». Et c’est une question qui a lieu d’être posée : lors d’un remake, que faut-il modifier, et que faut-il conserver ?

Certains remakes prennent plus de risques et proposent de nombreuses nouveautés. Par exemple, la série des Pokémon a déjà prouvé qu’un remake rondement mené pouvait absolument surclasser le jeu original, simplement grâce à de l’ajout de contenu, des corrections de gameplay et d’ergonomie, et une mise à jour visuelle et sonore.

Image de Pokémon Coeur d'Or, remake de Pokémon Or
Pokémon Coeur d’Or, l’exemple parfait d’un remake pertinent. (Source de l’image)

Dans le cas de Secret of Mana, la ligne est très clairement tracée : la bande-son et les graphismes ont été mis à jour, et tout le reste est aussi proche de la version de 1993 que possible.

Résultat : on se dit que certains éléments auraient bien mérité d’être revus. Les cartes sont très vides et ne proposent aucune interaction : on les traverse simplement le plus vite possible. De plus, il n’y a pas de quête secondaire, et les quelques énigmes que l’on rencontre sont simplistes.

Le sort Ballon.
On aurait pu se débarrasser du sort Ballon, qui verrouille notre personnage pendant plus de cinq secondes, non ?

La bande-son et les graphismes ont été mis à jour, et tout le reste est aussi proche de la version de 1993 que possible.

Secret of Mana aurait beaucoup eu à gagner en prenant quelques libertés (sans s’éloigner de l’essence du jeu). Ici, les curieux de la licence n’auront pas beaucoup de raisons de préférer ce remake à l’original.

L’ergonomie en 2018

Eh oui, le temps passe vite ! Il y a 25 ans, on jouait à Secret of Mana sur SNES. C’était sympa pour l’époque, mais avec du recul, la prise en main n’était pas terrible. Vous vous souvenez, on n’avait pas de carte du monde ni de carte des donjons. Pas pratique pour trouver son chemin… Et les objets n’avaient pas de description ! Impossible de savoir ce qu’ils faisaient tant qu’on ne les avait pas utilisés.

Heureusement que de nos jours, la norme exige le respect d’un certain confort de jeu. Sinon, on se retrouverait avec des remakes qui, sous couvert de nostalgie, nous forceraient à subir l’ergonomie affreuse d’un jeu qui, à l’époque, était normale.

Aperçu du marchand.
C’est pas que je te fais pas confiance, mais pour 1 000 PO, j’aimerais bien savoir ce qu’elle fait ta noix magique…

Ah mais dis donc… C’est exactement ce qu’on a là ! Rien ne justifie cela. On ne devrait pas avoir à utiliser un objet pour savoir ce qu’il fait, on ne devrait pas avoir à dessiner les cartes des donjons à la main parce que le jeu ne nous en fournit pas.

Bienvenue en bêta !

Malheureusement, que l’on soit puriste et nostalgique ou que l’on soit nouvellement initié au monde du JRPG, il y a quelque chose dont on aurait bien voulu se passer : les bugs.

Entre les bugs inoffensifs (comme le temps de jeu m’affichant 4 800 heures), ceux qui font sourire deux minutes mais qui commencent à saouler au bout de la cinquième fois (les personnages ne peuvent plus attaquer et se déplacent en glissant sur le sol ; ennuyant contre les boss) et ceux qui vous font vous taper la tête sur les murs (des bruits de coups qui retentissent sur certaines maps, sans aucune raison)… on a de quoi faire. Ah, et il y a les plantages aussi. Je sais, pas très original.

Les personnages qui glissent
Mon bug préféré.

Heureusement, le système de sauvegarde automatique à chaque fois que l’on change de carte permet de ne pas perdre des heures de gameplay à chaque plantage. Malheureusement, si vous recevez un coup mortel au moment où vous changez de carte, votre sauvegarde automatique vous ramènera sans cesse à l’instant de votre mort.

Conclusion

Ce remake d’un des jeux les plus marquants du JRPG est clairement une déception. Si l’on peut cautionner le choix de rester proche du gameplay original imparfait, il y a deux catégories de problèmes que l’on ne peut pas laisser passer : d’une part, l’ergonomie peu commode (qui découle de la première itération du jeu, mais qui est inacceptable en 2018), et d’autre part, les bugs (qui seront peut-être corrigés, espérons-le).

En somme, on a vraiment l’impression que le jeu a été fait à la va-vite. Les graphismes des personnages sont décents malgré quelques problèmes ; mais ceux des décors n’ont pas fière allure. Les nouvelles musiques sont sympathiques mais pas marquantes. Le jeu d’acteur (version japonaise) est excellent, mais ne suffit pas à sauver les meubles.

► Points forts

  • Doublages japonais excellents
  • Musiques réorchestrées ou originales, au choix
  • Expérience authentique

► Points faibles

  • Quasiment aucun contenu supplémentaire
  • Gameplay similaire à l’original
  • Graphismes moyens, avec des animations faciales médiocres et des décors à la ramasse
  • Ergonomie horrible (à l’ancienne)
  • Des bugs et autres plantages omniprésents

C’était pas pire avant

Testé sur PC. WarLegend.net a bénéficié d’une copie presse offerte par l’éditeur de ce jeu.

Vidéo-test Secret of Mana

Secret of Mana est disponible sur PC et PS4.


Achat GoCleCd (PC) et Amazon (PS4).

2 commentaires
  • gvyop ~ Le 23 février 2018 à 22:33

    c’est vrai que c’est moche mais bah dans Zelda ou dans Pokemon les labiales sont pas mieux.
    Les jeunes enfants n’ont que faire de ces détails je pense.
    De Toute façon c’est un jeu pour écran de 7″ non ? alors les détails…
    La mode des décors « a la ramasse » comme Cuphead. Historiquement fidèles en fait

  • ennuigh ~ Le 24 février 2018 à 11:56

    @gvyop – Tu as raison pour la synchronisation labiale dans d’autres jeux, mais je suis principalement déçu car dans le cas présent, s’il y a bien quelque chose qui a été fait correctement dans ce remake, c’est justement les doublages. Donc c’est un peu du gâchis d’avoir de bonnes voix avec une tête figée et inexpressive.

    Je ne crois pas que le jeu soit destiné aux jeunes, et si le but de Square Enix était de donner une belle enveloppe à SoM sans toucher à son essence, alors je trouve qu’ils auraient dû le rendre vraiment beau. Je ne pense pas être exigent, le jeu n’est vraiment pas beau pour notre époque. Pourquoi est-ce que tu dis que c’est un jeu pour écrans 7″ ?

    Comme tu le dis, Pokémon n’a jamais été doublé, alors peut-être que c’est une faiblesse de la série et que je l’accepte injustement ; personnellement je m’y suis habitué au fil des années, d’autant plus que l’histoire n’a qu’un intérêt moindre dans ce jeu (car ça ne vole jamais très haut hah), c’est plutôt le gameplay qui prime.
    Du côté de Zelda, c’est peut-être aussi une histoire d’habitude… Je n’ai pas vraiment réfléchi à la question mais, même si l’histoire est importante, peut-être que les dialogues ont une place moins primordiale car Link est muet ?
    Pour Secret of Mana, le remake tourne principalement autour de la quête et pas du gameplay, donc l’immersion (par les graphismes et les doublages) a plus d’intérêt ; c’est comme ça que je le vois. Quoi qu’il en soit, le principal problème est l’expression des visages.

    En ce qui concerne Cuphead, tu veux dire que tu trouves les décors bien moins beaux que les personnages ?