hexen
1 commentaire
À la une, Action, Actualité, Console, Jeux vidéo, News, PC, Test, Xbox One

gears_of_war_4-test-war-legend

Le messie de la baston bien gore est enfin de retour pour sa quatrième aventure pleine de sueur et d’explosion de tronches à coup de flingues ultra classes. Gears of War 4 s’impose comme une nouvelle référence du jeu d’action sanguinolent, le tout sous DirectX 12 et Unreal Engine 4. Déjà, ça rigole pas.

Unreal Engine 4 aka le patron

Et on ne déconne pas avec le patron. Gears of War Ultimate Edition avait déjà ébloui par la qualité de son lifting, mais son petit frère est tout de même à deux doigts de se la péter tellement il met en avant ses superbes graphismes. La frontière entre cinématiques et gameplay se montre plus ténue que jamais et le titre de The Coalition m’en a mis plein les mirettes tout au long de ma partie. Les paysages sont bien dessinés et les visages des personnages, même s’ils pourraient bénéficier de traits peut-être un peu plus prononcés, sont criants de vérité. Les armures rutilantes se montrent sous leur meilleur jour et, en glissant un peu du côté de la direction artistique, je peux vous dire qu’elles sont toujours aussi classes. L’univers de science-fiction est bien ancré et on retrouve nos armes fétiches sous leur meilleur jour.

gears-of-war-4-test-war-legend

Les décors sont relativement variés, de même que le bestiaire – on commence par affronter des machines pas très disposées à faire preuve d’amabilité. Soit dit en passant, l’environnement est partiellement destructible et renforce le réalisme des affrontements puisque les parties destructibles sont parfaitement intégrées à celles qui ne le sont pas. Les effets spéciaux sont de toute beauté et je vous recommande vivement de vous poser deux secondes pour observer les magnifiques éclairs que de gentils développeurs ont mis là pour vous, l’air de rien. En revanche, petite déception en ce qui concerne le feu et les explosions, qui auraient pu recevoir un meilleur traîtement mais qui ont a l’évidence été laissés un peu de côté afin, peut-être, d’éviter des freezes intempestifs. Rien de bien choquant, mais on sent que ces effets-là se détachent du reste. Les tirs des armes à feu sont quant à eux bien maîtrisés.

gears-of-war-4-test-war-legend-1
Fils… tu m’as tellement manqué. Astique-moi ça !

J’ai beau être matinal, j’ai mal

La gameplay, de son côté, est toujours aussi diablement efficace, et la consigne est simple : tirer en premier, poser les questions après. Les questions ? Quelles questions ? L’action est survitaminée mais savamment ponctuée de quelques passages plus calmes propices à la tension et à la crainte de ce qui va vous tomber sur le coin de la tronche. Le feeling des armes est au rendez-vous et vous assure une bonne diversité entre sniper, mitraillette, fusil à pompe, pistolet et… lance-scie circulaire. Bien entendu, vous aurez la joie de retrouver le bon vieux Lanzor et sa capacité à tronçonner vos adversaire – ce qui est d’autant plus jouissif grâce à l’Unreal Engine 4. Et je ne vous parle même pas des éliminations au couteau qui envoient tout de même sacrément du bois.

gears-of-war-4-test-war-legend-2

Pour autant, même si le titre semble suggérer le contraire, Gears of War 4 reste relativement facile de bout en bout et pour cause : vous aurez systématiquement vos alliés près de vous. Ceux-ci se précipiteront à votre côté si vous venez à vous écrouler, criblé de balle par l’ennemi, pour vous relever, quitte à eux-même se faire mitrailler la gueule dans le processus. Peu importe, rien n’est trop beau pour votre joli minois. Un plus grand réalisme aurait été apprécié à ce niveau-là, d’autant que cela aurait encouragé le joueur à faire preuve d’une plus grande prudence, sachant que ses alliés ne viendraient à son secours que si cela s’avérait tactiquement pertinent. Au lieu de cela, vous prenez joyeusement tous les risques que vous pouvez puisque vous savez que, dans le fond, vous ne craignez absolument rien, pourvu que vous n’ayez pas choisi la difficulté maximale, auquel cas ne vous inquiétez pas : vos larmes vont couler.

Locuste, mon amour

Bien entendu, le scénario ne brille pas par sa profondeur mais parvient tout de même à nous replonger sans peine dans l’univers prenant de la licence Gears of War avec juste ce qu’il faut d’éléments pour nous intriguer. On affronte une belle brochette d’adversaires en passant par les machines, les locustes et… je vous laisse le soin de découvrir ce que cache la nouvelle itération de la franchise de The Coalition. Dans tous les cas, les affrontements demeurent nerveux et les dialogues aussi, même si on regrette un doublage français franchement très limite par moments avec des personnages aussi expressifs que des moules. Marcus… reste Marcus, bien entendu, et José Luccioni lui prête sa voix une nouvelle fois à merveille.

gears-of-war-4-test-war-legend-3

Côté multijoueur, Gears of War 4 semble bien parti pour offrir de longues et belles heures de jeu à la communauté qu’il convient désormais d’appeler « communauté Microsoft » puisque le titre propose de jouer sur Xbox One comme sur un PC muni de Windows 10 avec le même compte, sans pour autant perdre sa sauvegarde en solo, mais surtout en affrontant des joueurs d’un support comme de l’autre lors de parties multi. De quoi largement étendre le public pour ce nouveau Gears of War, qui a la bonne idée de proposer une composante multijoueur riche et fournie. Vous pourrez donc coopérer contre la horde des Locustes dans le mode Horde mais aussi dézinguer vos adversaires dans les modes versus variés. Vous pourrez par exemple vous essayer au Dodgeball qui réclame que vous éliminiez l’équipe ennemie, sachant que chaque joueur mis hors d’état de nuire ranime l’un de vos alliés. Deux modes compétitifs sont disponibles, équivalents à de la domination et du match à mort, mais nul doute que Gears of War 4 saura s’imposer grâce à son gameplay ultra dopé.

gears-of-war-4-test-war-legend-4

Les rouages du succès

Gears of War 4 a mis le temps à se pointer, mais ça vallait le coup d’attendre. Quel plaisir de se déchaîner dans cet univers de science-fiction à coup de Lanzor bien tranchant ! En plus, l’Unreal Engine 4 sublime le titre de The Coalition et il tourne comme un charme sur PC, malgré quelques légers freezes occasionnels qui nous rappellent que le processeur doit tout de même avoir sa quantité de calculs à effectuer. Le gameplay est au rendez-vous et enchaîne les phases d’action haletantes en dépit d’un doublage parfois largement discutable et l’énergie se retrouve également en multijoueur. Un bel avenir attend très certainement le multi de ce Gears of War 4, notamment grâce au cross-play Xbox One – Windows 10.

►Points forts

  • Survitaminé
  • Graphismes magnifiques
  • Univers de sci-fi toujours aussi agréable à retrouver
  • Finish moves qui envoient
  • Multijoueur varié et nerveux

►Points faibles

  • Doublage laissant parfois à désirer
  • Effets de flammes et d’explosion perfectibles
  • Difficulté à revoir

Attention chérie, ça va trancher

Note 18

Précommande GoCleCd.

War Legend a bénéficié d’une copie presse fournie par l’éditeur de ce jeu.
Notre test est basé sur la version PC.

1 commentaire
  • supermytho ~ Le 6 octobre 2016 à 11:54

    Côté multijoueur, Gears of War 4 semble bien parti pour offrir de longues et belles heures de jeu

    cool ça !!!

    me reste plus qu a trouver des amis pour jouer avec moi… @cherche des amis.com

    merci superwho pour ton avis sur le jeu

    tu veux devenir mon ami ?