papachai
0 commentaires
Actualité, Hardware, News, PC, Test Matos

Acer Nitro 5 vignette test

Test Acer Nitro 5 – Ni trop, ni pas assez

Avec les Predator, Acer a déjà fait ses preuves sur le marché PC portable gaming. Ces derniers étant réservés à qui veut bien sacrifier son porte-monnaie de sang-froid, il ne manquait plus qu’au constructeur taïwanais de proposer une version « allégée ». Ainsi est né l’Acer Nitro 5, qui prône polyvalence et performance.

Caractéristiques

    • Processeur : Intel i5-7300HQ (Quad-Core 2.5 GHz / Turbo 3,5 GHz) —Plateforme Kaby Lake
    • Chipset graphique : NVIDIA GeForce GTX 1050 Ti— GDDR5 4Go
    • RAM: 8Go DDR4
    • Écran : 15″ 6, 1920 x 1080, dalle IPS, 60Hz
    • Stockage : SSD M. 2 128 Go, HDD 1 To (5200 RPM)

Prix : aux alentours de 900€

L’Acer Nitro 5 opte pour un design plus simpliste que les grands frères Predator, sans pour autant y laisser des plumes. Celui-ci parvient en effet à proposer un aspect que l’on peut qualifier d’efficace, affichant une finition de très bonne facture. L’ensemble de la machine est en plastique durci, avec un capot qui dépeint une imitation métal des plus agréables à l’œil.

Si on reste ici dans la sobriété, la jointure de l’écran ajoute une touche colorée avec un rouge mat. Celle-ci s’accorde avec le clavier, dont les touches sont également vêtues de rouges sur les bordures. Mention spéciale pour les touches ZQSD, mise en évidence de manière intelligente grâce à une couleur plus accentuée.

La bête tombe malheureusement dans le piège du revêtement salissant, qui ne manquera pas de conserver vos empreintes de doigts sans faillir. Un défaut certes léger, mais qui arrivera tout de même à crisper les plus maniaques d’entre nous.

De l’USB 2.0 AU 3.0, en passant par l’USB type C 3.1 et un lecteur de carte SD, le Nitro 5 dispose d’une connectique généreuse

Acer parvient à proposer un design qui harmonise parfaitement élégance et simplicité.

Si le Nitro 5 se démarque par un style qui ne cherche pas en faire des tonnes, il n’en garde pas moins un aspect plutôt « moderne », comme on peut le constater avec les bouches de ventilations situées à l’arrière. Une touche d’élégance bienvenue qui conserve l’apparence discrète de la machine.

Acer parvient à proposer un design qui harmonise parfaitement élégance et simplicité, une combinaison qui n’aura aucun mal à trouver preneur sur un marché assailli de PC portables au look toujours plus agressif.

Du côté du clavier, on se rapproche de l’excellence. Celui-ci s’avère très agréable à l’utilisation : les touches sont bien espacées entre elles et d’une taille suffisamment large pour offrir une sensation de frappe des plus agréable. Point de vue esthétique, la zone de saisie s’intègre sans mal avec le reste. Le rétroéclairage rouge des touches s’accorde très bien avec la sobriété inhérente au PC.

On retrouve bien entendu le pavé tactile juste en dessous. Dans un contexte gaming, cet élément se veut plus que secondaire — jouait avec le pad, c’est un peu comme essayer de manger avec ses pieds — et Acer semble être parti sur ce constat. Les deux clics n’offrent que peu de retours (il est souvent difficile de déterminer si oui ou non, on a effectué le clic correctement), et il se veut peu accommodant en général.

En jeu

Avec une GTX 1050 Ti, le Nitro 5 dispose d’une carte graphique dont les performances se situent entre une 1050 et une 1060. La cible d’Acer dans le cas ici présent étant plus le « casual » gamer, la 1050 Ti remplit son rôle à merveille. Le jeu en 1080p s’effectue sans mal, et s’il faut bidouiller un peu au niveau des options graphiques, il reste relativement aisé d’obtenir des performances satisfaisantes.

En poussant les graphismes au maximum sur la plupart des jeux actuels, il est difficile d’envisager d’aller au-delà des 30 fps. Sur les trois jeux testés, seul Dark Souls III parvient à se hisser à 40 de manière constante. Les deux autres — The Witcher III et Vermintide 2 — se cantonnent à 30. Un résultat en soit tout à fait convenable pour un PC gaming de milieu de gamme, qui ne prétend pas à la surpuissance.

On parvient à un vrai confort de jeu, sans pour autant se priver de visuels agréables à la rétine

Une fois les détails graphiques ajustés — qui tendent désormais vers une configuration graphique « moyenne » — on atteint aisément les 60 fps. On arrive ainsi à un vrai confort de jeu, sans pour autant se priver de visuels agréables à la rétine. Un GPU qui tient la route donc, du moment qu’on s’attarde un peu sur les réglages.

On déplorera l’absence de la compatibilité G-sync, un manquement regrettable pour un PC gaming équipé d’un chipset graphique estampillé Nvidia.

Utilisation & Autonomie

Outre la partie jeu, l’Acer Nitro 5 possède tous les outils propres à un PC cherchant la polyvalence. Celui-ci vient avec un SSD de 128 Go, un élément plus que bienvenue pour ses performances de lecture et de navigation. Dommage que, du fait de son espace de stockage plutôt léger, il n’offre que très peu de place pour autre chose que le système d’exploitation.

En dehors de l’OS, il faudra donc installer l’essentiel de vos données/jeux sur le HDD disposant de 1 To. Le hic, c’est que ledit HDD ne tourne qu’à 5400 RPM (Tour/min), affichant une vitesse de transfert et de chargement quelque peu lente. Dans le cas où l’on pourrait se servir de ce disque dur comme d’un disque de donnée uniquement, cela n’aurait que peu d’incidence. Toutefois, le SSD ne permettant pas l’installation de jeux en plus de l’OS, ce bon vieux disque dur mécanique reste notre seule alternative.

Du haut de ses 2.7kg et de son format proche d’un Notebook, le Nitro 5 est transportable facilement.

Côté audio, le PC d’Acer s’en sort avec les honneurs. Là où il est presque coutume de délaisser les haut-parleurs – parfois même parmi les PC hauts de gamme – le Nitro 5 propose un son de très bonne qualité. Sans crier à l’excellence, les enceintes intégrées ne présentent presque aucune saturation à plein volume et délivrent un son clair. Sans trop de surprise, celles-ci négligent malheureusement les basses (et quelque peu les aigus). Elles n’en restent pas moins performantes, dans une gamme où on ne les attendait pas vraiment.

En ce qui concerne l’écran, le PC ne s’en sort pas trop mal, mais pas trop bien non plus. On peut constater un rendu des couleurs qui manque de justesse, de même qu’une luminosité maximale faible. Des efforts auraient clairement pu être faits sur ce point, surtout avec une dalle IPS censée apporter une qualité d’image supérieure.

Pour ce qui est du système de refroidissement, on a devant nous un sérieux prétendant au trône. Avec nos tests basés sur 3DMark, le CPU tend vers les 55 °C, la carte graphique vers 65 °C. La température globale du PC reste quant à elle en dessous des 50 °C. Ces résultats, déjà convaincant en l’état, s’améliore avec l’utilisation de la technologie « Coolboost » d’Acer, qui fait facilement gagner quelques degrés.

Qui plus est, la ventilation parvient à rester discrète. Si on ne va pas jusqu’à dire qu’elle est silencieuse en jeu, celle-ci conserve un niveau sonore convenable. Une ventilation efficace qui ne fait pas de bruit ? On n’en demandait pas plus.

Avec sa technologie « Coolboost », le système de refroidissement du Nitro 5 n’a pas à rougir face au haut de gamme

On terminera par l’autonomie du Nitro 5, qui se veut on ne peut plus décente. Là encore, le PC d’Acer témoigne d’une configuration équilibrée en offrant une bonne endurance. En lecture vidéo, luminosité poussée au max, la bête tient entre 5 et 6 h sans problème.

Une utilisation plus polyvalente aura tendance à baisser ce score (entre 3 et 4 h), mais on reste sur une bonne prestation. Bien entendu, jouer s’avère être une autre paire de manches, puisqu’il sera très rare de dépasser les 2 h d’autonomie. Ce qui est toutefois en accord avec l’ensemble du marché, les PC portables gaming restant taillés pour être branchés sur secteur afin de jouer.

Conclusion

L’Acer Nitro 5 ne prétend pas être plus que ce qu’il est vraiment : un PC gaming à destination des casual gamers et/ou ceux à la bourse plus modérée. Grâce à une configuration équilibrée, celui-ci parvient à atteindre de bonnes performances dans plus ou moins tous les domaines. Que ce soit de la bureautique avancée (retouche vidéo/photo, calcul 3D, etc.) ou du jeu, le PC s’en sort avec les honneurs, signe d’une véritable polyvalence. Seul l’écran fait un peu tache dans ce joli tableau, qui ne vient cependant pas compromettre une expérience globalement réussie.

► Points forts

  • Design simple et efficace
  • Performances gaming honnêtes
  • Clavier irréprochable
  • Système de refroidissement au top
  • Silencieux
  • Bonne autonomie
  • Transportable facilement
  • Haut-parleurs de très bonnes factures…
  • Présence d’un SSD…

► Points faibles

  • … bien que ça manque de basses
  • … même si on n’a pas vraiment la place d’y mettre des jeux
  • La compatibilité G-Sync n’aurait pas été de trop
  • Écran en deçà du reste (faible luminosité, manque de fidélité des couleurs…)
  • Un HDD en 5200 RPM, qui affiche quelques lenteurs

Jamais sans ma nitro

16/20

Ce test a été réalisé sur un matériel offert par le constructeur.

Le modèle testé est disponible sur Amazon.

0 commentaires