hexen
0 commentaires
Actualité, Business, News

Vignette news Strauss Zelnick

Strauss Zelnick, PDG de Take-Two : « Le jeu solo n’est pas mort, loin de là »

À la veille de la parution du très saint Red Dead Redemption 2, le grand gourou de Take-Two s’est exprimé sur sa foi dans les jeux solos, à la suite de Bethesda.

C nou lé plu for

Strauss Zelnick compte bien entériner la résilience des jeux solos, qu’on se le dise. En réaction à un commentaire du journaliste de GamesBeat Dean Takahashi exprimant son regret face à « certaines personnes qui affirment que le jeu solo est mort », le PDG de Take-Two a déclaré qu’il ressentait la même chose.

Traditionnellement, dans le divertissement, les gens prennent position comme ça, mais il y a aussi des gens qui affirment que ça ne fonctionnera pas si ce n’est pas un battle royale free-to-play. Les gens disent vraiment ça et ce n’est même pas ironique. Je n’y crois pas. Le jeu solo, à mon avis, n’est pas mort, loin de là.

L’homme continue en reprochant à certaines entreprises d’avoir « le sentiment qu’elles peuvent simplement éviter le travail difficile qu’est celui de construire une histoire et des personnages pour aller droit où l’argent se trouve, dans le multijoueur. Je ne pense pas que ça va fonctionner. Je serais surpris. »

Il est vrai que la personne à la tête de 4200 personnes à travers 17 studios proposant des expériences solos en majorité (dont le très rentable GTA V) a de quoi être confiant.

gta tir à la tourelle fixe
La licence GTA de Rockstar (filiale de Take-Two) bénéficie d’un succès planétaire sans faille.

Bien entendu, ça n’empêche pas les écuries Take-Two de faire la part belle au multijoueur – on pense bien entendu à GTA Online mais aussi au multijoueur de Red Dead Redemption 2, sur lequel le secret est encore maintenu tel une chape de plomb (mais on se doute quand même beaucoup qu’il faut s’attendre à un Red Dead Redemption Online). Malgré tout, il faut prendre en considération que cet intérêt pour le multijoueur ne se fait pas au détriment du solo.

Zelnick ne cite aucune compagnie en particulier pour ses reproches, mais on ne peut s’empêcher de trouver une cible évidente.

0 commentaires