citizenerased
0 commentaires
Actualité, Business, News, PC

Steam - Dates des soldes de Noël confirmées

Steam surprend un développeur en train de manipuler ses évaluations et le bannit

Le studio Insel Games a été pris la main dans le sac à manipuler les évaluations de ses jeux. Valve a décidé de bannir de Steam tous les titres du développeur.

On n’est pas sur TripAdvisor

Ce n’est pas la première fois et sûrement pas dernière. Valve a décidé sans aucune forme de procès de bannir de son magasin virtuel tous les jeux d’Insel Games, le développeur et éditeur de titres comme Guardians of Ember ou Wild Buster: Heroes of Titan. La boîte a été prise en flagrant délit de manipulation d’évaluations de ses propres jeux.

L’origine de l’enquête viendrait d’un mail de développeur qui aurait fuité puis fini sur Reddit.

Sur le mail en question, on voit le PDG d’Insel Games menacer ses employés et les forcer à acheter leurs propres jeux pour leur donner une bonne note. Puisque Wild Buster n’était pas vraiment rentable malgré son jeune âge, le patron sous-entendait que si ce dernier échouait, plus personne n’aurait de travail l’année prochaine. Si ce dernier point est compréhensible, car un jeu vidéo dans la catégorie d’Insel Games est un business très risqué, le vrai problème vient du fait que les personnes qui ne s’exécuteraient pas auraient alors droit à une entrevue « en privée », d’où l’alerte donnée sur Reddit.

Si l’on sait que la concurrence est de plus en plus rude sur la plateforme de Valve qui n’a jamais eu autant de jeux dans son catalogue et que la manipulation des évaluations n’est pas une pratique nouvelle, le fait de forcer le personnel de noter le jeu pour qu’il se vende mieux n’est pas admissible selon Valve. Les joueurs qui ont acheté les jeux garderont leur accès, mais il n’est plus possible de les trouver sur la plateforme.

Fais pas le con, Gaben n’est pas loin

Bien sûr, Insel Games n’est pas le premier à utiliser ces pratiques et ne sera pas le dernier développeur ou éditeur banni par Valve. Un autre exemple récent viendrait du bannissement de Zonitron et de Silicon Echo Studios, qui auraient profité des nouvelles règles laxistes de Steam Direct en publiant plus de 200 jeux en seulement quelques mois, le but étant de les vendre à bas prix, inonder le catalogue et de compter sur la crédulité des joueurs pour les acheter.

Si proposer des jeux pour le catalogue Steam n’a jamais été aussi facile, cela a créé pas mal de dysfonctionnement dans la visibilité des jeux et la légitimité de certains développeurs. Avec près  de 7000 jeux sont sortis en 2017, pas étonnant que certaines boîtes utilisent des techniques à limite de la légalité pour se tailler une part du gâteau ou tenter simplement de survivre.

Trailer de Wild Buster: Heroes of Titan

0 commentaires