hexen
3 commentaires
Actualité, Hardware, News, Test Matos

SteelSeries, le célèbre constructeur de matériel informatique pour gamer, nous a fait le plaisir de nous faire parvenir sa toute dernière souris, la Rival100, petite sœur de la version 300. L’entreprise a créé ce périphérique avec les yeux particulièrement tournés vers la scène E-Sports. En effet, elle avance avoir travaillé de concert avec ses propres équipes sponsorisées de façon à élaborer cette Rival100 afin de lui offrir des caractéristiques dignes de ce milieu. C’est en tout cas ce que j’ai pu ressentir à l’utilisation, chose que je vais vous détailler dans ce test.

Ergonomie est le maître-mot

Tout d’abord, il me semble approprié de vous faire part des caractéristiques de la bête. Nous avons donc affaire à une souris optique à l’illumination RVB (rouge-vert-bleu). La sensibilité peut monter jusqu’à 4000 DPI et on nous promet une durée de vie de 30 millions de clics et jusqu’à 20G d’accélération ! On se retrouve donc ici avec de bonnes caractéristiques pour une souris dans cette gamme de prix. C’est exactement le genre ce performances que vous voulez trouver pour passer du bon temps lors de vos sessions gaming tout en devenant plus compétitif.

Ma souris habituelle est déjà un périphérique sorti des usines Steelseries. Il s’agit de sa grande soeur, la Rival et ce qui m’a le plus marqué, c’est la prise en main due à la différence de taille et de forme des deux souris. On remarque que la Rival100 est plus petite (Poids : 90 g Hauteur : 37 mm Largeur : 68 mm Longueur : 120 mm), ce qui pourra gêner ceux qui parmi nous on de grandes paluches. Toutefois, je me permets de vous faire remarquer que, de l’une à l’autre, on divise le prix par deux sans pour autant effectuer la même opération du côté de la qualité de la prise en main.

Image15
La Rival100 dispose d’un revêtement en plastique doux, qui séduit immédiatement notre délicat toucher de gamer sensible. Grâce à cela, le confort de jeu est tout-à-fait préservé et permet de jouer des heures durant sans ressentir de gêne. Il faut également signaler les grips en caoutchouc à crampons, présents sur les côtés de la souris. Avec ça, point de perte de contrôle à l’horizon, car on sait tous que des sessions de jeu intensives, surtout dans le domaine de la compétition, occasionnent des sudations plus ou moins intenses selon certains. Une fois encore, on apprécie les sensations offertes par ses caractéristiques et cela permet de prolonger le temps de jeu sans impact négatif sur l’expérience du joueur, un vrai plus qui couronne une très bonne ergonomie dans cette catégorie. Il y a toutefois un léger malus, qui pourra être perçu comme plus grave par les gauchers. Cette souris est en effet censée être ambidextre, autorisant tout un chacun son utilisation. Malgré tout, les boutons latéraux ne sont disponibles qu’à gauche de l’appareil et leur accès sera donc difficile pour la frange gauchère de la population.

Au-delà de ça, la souris possède au final 6 boutons : clic gauche, clic droit, clic molette, bouton latéral 1, bouton latéral 2, bouton central. Ceux-ci sont programmables via SteelSeries Engine 3, logiciel sur lequel je reviendrai un peu plus loin. Lesdits boutons sont fabriqués par la célèbre marque Omron, ce qui est un très gros plus car elle est reconnue comme étant derrière les boutons les plus performants par les joueurs compétitifs grâce à une force d’actuation de 75g, ce qui est très faible et donc très efficace. Ne craignez cependant pas de cliquer de ce fait par inadvertance, étant donné que la pression nécessaire pour actionner ces boutons est justement habilement paramétrée pour éviter ce désagrément. Une donnée très importante, puisque changer de configuration DPI en pleine action est toujours plus ou moins périlleux et donc risqué pour notre performance. J’ajoute au passage que le son du clic de chaque bouton est faible et donc ne saute pas aux oreilles, pour notre plus grand bonheur. Point fort, donc !

23_hardware_accel

Elegance et customisation

Allez, avouez-le: comme tout bon geek, vous avez vous aussi un côté fashion victim bien à vous. Ce n’est pas la dernière veste à la mode où le pantalon tendance du moment qui vous font rêver, mais bien la gueule de votre équipement, partenaire de vos heures d’éclate vidéoludique! SteelSeries a pensé à vous, mes chers enfants, et vous pourrez donc choisir parmi 7 robes pour votre nouvelle souris Rival100.

001-rival-100_hero.png__260x240_q85_crop-scale_subsampling-2

Mais on ne s’arrête pas là, puisque comme toute bonne souris moderne, ce modèle vous propose bien entendu de personnaliser la couleur de la LED et de choisir parmi 16,8 millions de teintes, rien de moins. On est d’accord, c’est inutile, mais comme on dit toujours: « plus c’est inutile, plus c’est indispensable ». Et je vous avoue que moi-même, j’ai désormais du mal à imaginer un périphérique pour lequel on ne me proposerait pas de choisir la couleur de l’illumination. Vous pourrez en plus choisir parmi les habituels modes lumière fixe, respiration et ColorShift pour un changement progressif. On regrette de ne pas pouvoir nous-même établit notre set de couleurs pour ce dernier mode. Bref, rien de bien nouveau de ce côté-là, mais le contrat est rempli, comme on dit.

Petite par la taille, grande par les performances

Le capteur de la Rival100 est de bonne qualité, mais moins précis que celui de la Rival à mon sens. On reste toutefois dans les très bonnes performances qui ont fait la réputation de SteelSeries. La possibilité de monter jusqu’à 4000 DPI est clairement en plus en ce sens que vous paramétrez votre souris comme cela vous arrange, en choisissant l’option grâce à laquelle vous êtes le plus à l’aise. N’oubliez pas cependant qu’un plus gros DPI ne signifie pas pour autant une meilleure précision, c’est même l’inverse: plus votre mouvement pour bouger votre souris sera grand pour la même distance à l’écran, plus celui-ci sera précis. Mais une sensibilité trop faible vous fera perdre en réflexe si vous devez vous retourner rapidement ! Pour paramétrer tout ça, il vous faut passer par un petit logiciel fourni par SteelSeries, de bonne facture.

Au moment de régler mes DPI sur ma souris, je me retrouve donc dans le logiciel SteelSeries Engine 3 et je m’aperçois d’une chose qui me désarçonne quelque peu: ceux-ci ne sont réglables qu’à travers 7 postions : 250-500-1000-1500-1750-2000-4000. J’étais embêté car j’ai pour ma part pris l’habitude de jouer en 400 DPI… Il s’agit donc à mon sens d’un défaut puisqu’on ne nous permet pas vraiment, au final, d’optimiser le réglage des DPI à nos performances et notre style de jeu. Ici, on nous impose plutôt d’adapter notre façon de jouer de façon à correspondre aux paramètres pré-établis par SteelSeries. Dommage pour une souris orientée E-Sports.

Cependant et comme pour sa soeur, la souris possède 2 profils DPI interchangeables à tout moment grâce au bouton associé. Cela permet de gérer l’accélération, la décélération, l’accrochage d’angle et son taux d’interrogation. Il est aussi possible de créer plusieurs configurations pour votre souris. Cela permet d’une certaine manière de rattraper le point négatif précité au moyen d’une pluralité des profils disponibles, aisément accessibles de façon à faire face à plusieurs situations en partie.

Souris
Étant joueur FPS pour ma part, j’ai décidé de tester cette SteelSeries Rival100 sur CS:GO, Overwatch (le nouveau FPS de Blizzard) ainsi que sur Quake Live. J’ai volontairement mis l’accélération à 0, ce que je conseille à chaque joueur FPS. Cela permettra à votre souris de faire toujours les mêmes mouvements sur votre écran, peu importe la vitesse à laquelle vous la déplacerez. Grâce à cela, vous gagnez fortement en précision et savez toujours où vous allez en terme de vision. Dans le cas contraire, vous vous retrouvez rapidement plus loin que ce que vous aviez anticipé, ce qui peut être fatal dans un affrontement. Quoi qu’il en soit, quel que soit le jeu, j’ai apprécié l’utilisation de cette souris et elle était à la hauteur question performances. Le temps de réaction d’une milliseconde est au passage bien ressenti en partie. SteelSeries voulait proposer de l’entrée de gamme E-Sports, j’ai comme l’impression que c’est réussi.

Une de meilleures souris gaming à ce prix

Je suis très satisfait de cette Rival100 et je conseillerais à tous les utilisateurs FPS de l’utiliser à 500 DPI, c’est là que j’y ai trouvé son pic de précision. Il s’agit tout bonnement d’une des meilleures souris gaming que vous pourrez trouver dans cette gamme de prix à l’heure actuelle. On sent effectivement le travail opéré par SteelSeries du côté de ses joueurs professionnels afin d’obtenir un produit qui soit économique mais en ne sacrifiant pas ses capacités. Si votre budget est serré et que vous cherchez une souris compétitive abordable, c’est clairement de ce côté-là que vous devriez regarder. Disponible à 37,99€, elle saura vous assurer des heures de cassage de bouche à moindre frais.

3 commentaires
  • ga1aming ~ Le 12 décembre 2015 à 09:36

    Merci pour le test ;) Perso pas assez de bouton pour moi mais l’ayant vu aussi elle est pas mal c’est.

  • stinger ~ Le 12 décembre 2015 à 19:12

    je cherche une bonne sourie en ce moment et j’avoues qu’elle pourrait me tenter^^

  • allensan ~ Le 14 décembre 2015 à 10:12

    j’ai la version 300 et c’est vraiment une bonne série de souris