Tiphaine
0 commentaires
News

Guild Wars 2 peut-il être un eSport? Une question que nous nous posons depuis de nombreux mois. Et justement, le site GuildMag remettait récemment le couvert, avec cet article de CorruptDropbear, une occasion pour nous d’enfoncer le clou.

Analyse d’un ratage

Pour qu’un jeu rentre dans la cour des grands et devienne un eSport, rien de très sorcier. Il suffit de quelques fonctionnalités clés. Tribes:Ascend, un jeu du studio Hi-Rez, avait l’ambition de devenir un acteur de la scène eSport, cependant de nombreuses fonctionnalités nécessaires manquaient à l’appel :

  • Pas de possibilité de créer son propre serveur
  • Un mode spectateur plein de bugs et sans vue à la première personne
  • Peu de cartes compétitives, pas de possibilité d’en rajouter
  • Pas d’enregistrement possible des matchs
  • Pas de ladder

De plus, outre ces fonctionnalités absentes ou mal réalisées, le jeu reste très élitiste et ne propose pas de progression linéaire pour les débutants.

Voici une vidéo d’un match montrant le mode spectateur de Tribes:Ascend :

Malgré un accueil positif de la presse, Tribes:Ascend n’a pas su transformer l’essai avec sa communauté, et les rêves d’eSport d’Hi-Rez se sont vite évaporés.

Et les succès ?

Fort heureusement, les exemples de succès sont là pour nous redonner espoir, et ils sont nombreux : CounterStrike, League of Legend et Starcraft 2 ont déjà fait leurs preuves, tandis que Shootmania et Dota2 s’annoncent déjà comme de succès du genre. Autant de jeux qui disposent de ces fonctionnalités non pas indispensables pour réaliser un bon jeu, mais pour en faire un eSport.

Ce sont de telles fonctionnalités qui laissent à la communauté une liberté d’action suffisante pour accéder à un niveau de jeu professionnel. C’est cette liberté d’action qui motive les joueurs et les empêche de délaisser tel jeu pour tel autre ; c’est cette liberté qui donne à un jeu son potentiel eSport.

Pour résumer, un jeu qui prétend se faire une place dans le monde de l’eSport doit réunir les caractéristiques sivantes :

  • Un mode spectateur performant
  • Un ladder compétitif
  • Une prise en main des débutants

Mais moi je suis là pour Guild Wars 2 !

Et justement, on y arrive. Dans le cas de Guild Wars 2, difficile de comparer un MMO à un RTS ou à un FPS, cependant nous sommes en droit d’attendre certaines de ces fonctionnalités propres à l’eSport.

Difficile de proposer aux joueurs de créer leurs propres cartes, les développeurs auront donc à être d’autant plus vigilants au niveau du contenu proposé. Concernant le mode spectateur, l’une des features les plus attendues sur Guild Wars 2, a récemment été confirmé par ArenaNet. Mode spectateur il y aura, donc, seule ombre au tableau : il ne sera pas disponible dès le lancement du jeu.

ArenaNet ayant annoncé son intention de faire de Guild Wars 2 un acteur de la scène eSport, l’erreur n’est pas permise. La communauté attend déjà beaucoup du PvP compétitif, les nostalgiques de Guild Wars 1 imaginent déjà, larme à l’oeil, le revival du GvG de la grande époque… Pour contenter la communauté rien de plus simple alors : donnez nous les outils nécessaires, et nous ferons du PvP compétitif de Guild Wars 2 une réussite.

Et vous, qu’en pensez-vous?

0 commentaires