hexen
9 commentaires
À la une, Actualité, Jeu vidéo, News, Test

Grim dawn wl

Les noms Crate Entertainment et Grim Dawn ne vous évoquent peut-être rien à l’heure actuelle, mais croyez-moi, ça va changer. Le premier est un studio de développement indépendant fondé par une dizaine de personnes ayant fait leurs armes dans des boîtes aussi prestigieuses qu’Iron Lore (Titan Quest) que Blizzard North. Le second est le premier jeu que l’équipe a développé, et il s’agit d’un hack and slash (ce qu’on appelle aussi Action RPG) bourré de qualités et qui, j’ose le dire, ressuscite un genre qui n’avait pas connu de titre marquant depuis au moins huit ans.

« Je mets les pieds où je veux, et c’est souvent dans la gueule »

Le héros du jeu – vous – commence assez mal l’aventure puisqu’il est en passe d’être pendu. Depuis le temps qu’on vous disait d’arrêter vos conneries ! Une cinématique nous apprend que le condamné est possédé par un Ethéré, un esprit pas très gentil. Le scénario du jeu est assez riche, créant tout un monde – celui de Cairn – et, comme à mon habitude, je refuse de vous spoiler quoi que ce soit. Ce que je peux vous dire en revanche, c’est qu’il vaut le coup et qu’on le découvre peu à peu, au fil des témoignages et des conversations. Au moment où l’on entre en action, l’humanité est en train de vivre ses derniers instants (à moins que vous ne vous bougiez vos grosses miches) et est prise au milieu d’un combat entre deux factions : les Ethérés et les Chthoniens. Vous remarquerez la référence à Lovecraft, qui ne fait qu’ajouter à l’amour que j’éprouve pour Grim Dawn. Pour vous la faire courte, les Ethérés sont des êtres extra-dimensionnels et veulent utiliser les humains comme ressource, tandis que les Chthoniens sont des hommes et des femmes qui n’ont aucunement l’intention que cela se produise, préférant exterminer leurs congénères. Dans les deux cas, vous pouvez commencer à porter le plus beau de vos pantalons marron. Revenons-en à notre mouton presque pendu. Au moment de rendre l’âme, l’Ethéré qui avait élu domicile dans votre esprit s’enfuit pour éviter d’être tué en même temps que vous. Vous êtes donc gracié et on va commencer à vous demander de réaliser quelques petites tâches pour prouver votre valeur et l’intérêt de vous garder en vie dans la chouette petite communauté humaine qui voulait vous assassiner l’instant d’avant. A partir de là, tout s’enchaîne et la route vers la puissance s’ouvre à vous. Grim Dawn

Ce qui me permet de parler des combats. Si, dans le premier quart du jeu ceux-ci sont d’une facilité déconcertante, Grim Dawn ne vous autorisant pas à sélectionner une difficulté au-dessus de « Normal » pour votre première partie, ce n’est absolument pas le cas pour le reste du titre. Toujours dans votre première partie, vous n’allez pas vous faire démonter en deux temps trois mouvements, néanmoins, vous allez vite comprendre votre douleur. Les ennemis sont très souvent en packs et nombreux. Les occire se révèle assez aisé, mais leur nombre peu rapidement poser problème, et dès qu’ils vous atteignent, il frappent. Fort. Ainsi, vous pouvez être bien sûr de vous et vous prendre d’un coup une savate qui vous arrache la moitié du visage. Et c’est là une des grandes forces de Grim Dawn : on est vraiment dans du hack and slash pur jus. Ce que je veux dire par là, c’est que vous vous sentirez puissant et vous lancerez des déluges de sorts et de coups sur vos adversaires, qui tomberont par dizaines, mais ils vont malgré tout vous atteindre, et lorsqu’il commenceront à répliquer, vous allez avoir peur pour votre vie. Comme dans un bon vieux Diablo, vous vous retrouverez souvent à courir pour temporiser l’action et affaiblir l’ennemi avec sorts et tirs. Cela insère une dynamique, rend le jeu très agréable et évite la sensation Diablo III-je-me-fais-chier-en-courant-à-travers-les-couillons-démoniaques.

Pour foutre la misère aux méchants, vous disposerez de six classes, chacune avec ses spécificités et sa façon de jouer. Magie, tir, corps-à-corps bourrin, pouvoirs occultes, faites votre choix camarade : Arcaniste, Occultiste, Chaman, Soldat, Démolisseur, Lame de la nuit. Sachant que passé le niveau 10, vous pourrez coupler une classe secondaire à votre principale. Autant vous dire que les combinaisons sont nombreuses et que de nombreuses variétés de gameplay vous attendent. Petit conseil: Lame de la nuit/occultiste, ça défonce. Les arbres de talents sont à la fois simples et complets, surtout quand on combine deux classes passé la dizaine. Les compétences sont très amusantes et vous promettent de belles heures d’explosion de faces. J’aime par ailleurs beaucoup le côté « spirituel » du titre qui veut que lorsque vous purifiez un autel, soit par offrande, soit par élimination d’ennemis, vous gagnez des points que vous pouvez dépenser sur une carte astrale afin de constituer des constellations. Chaque étoile débloquée octroie des bonus non-négligeables, dont des compétences, et compléter un ensemble vous donne des bonus. Une super idée.

Grim dawn devotion

Du contenu en veux-tu, en voilà

Cairn propose non-seulement un univers dont les racines sont riches et ouvrent à de nombreuses possibilités futures (les développeurs ont déjà annoncé vouloir sortir des DLC) mais à l’heure actuelle, le monde de Cairn est déjà très bien développé et vous propose une map riche qui vous prendra au moins une trentaine d’heures pour en faire le tour. Et encore, il y a tellement de secrets planqués ça et là que vous n’êtes pas arrivés, sans compter sur le fait que vos décisions de vous ranger du côté de tel ou tel protagoniste au cours de votre partie influencera aussi celle-ci. J’en profite pour signaler qu’il y a un système de réputation et chaque grade obtenu via celui-ci vous permet d’obtenir de meilleurs objets auprès d’un marchand spécifique. Si vous désirez vraiment faire le jeu à fond, cela vous prendra indubitablement plusieurs parties.

Grim dawn map

L’artisanat est également présent et vous permettra de créer l’équipement de vos rêves. C’est une caractéristique qui semble devenir incontournable de nos jours mais soyons francs, beaucoup de titres l’implémentent simplement pour pouvoir dire : « achetez notre jeu, on l’a ». Je ne vais pas dire que dans le cas de Grim Dawn il s’agit d’un indispensable révolutionnant le délire. La vraie différence provient du fait que cela sert à créer des artéfacts qui vont se ranger dans une case spécifique de votre fiche de personnage. Ca aurait aussi bien pu se looter, mais ça encourage à aller chercher les composants sur des boss qui ne sont pas nécessairement les cibles des missions et ce n’est pas plus mal ainsi. Car le grand plaisir de ce genre de jeu est à l’origine d’explorer tout aux quatre vents en dansant sur les corps fumants des entités démoniaques, pas vrai ? En parlant des ennemis, le bestiaire est très varié et plutôt bien réalisé. On retrouve de grands classiques des amateurs de fantasy comme ces bons vieux gobelins mais aussi des monstres un peu étranges que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Visuellement, le jeu est beau et nous offre une direction artistique notable. On apprécie la diversité des paysages et, le temps que vous atteignez la fin de Grim Dawn, vous en aurez vu du pays. Les effets spéciaux sont très bien exécutés et quand ça pète de partout, c’est un vrai bonheur.

Feels like the ol’ days

Le vrai plus super maxi best of qui déchire, c’est qu’au final, le feeling de Grim Dawn est excellent. J’avoue qu’on aurait préféré des effets sonores peut-être plus péchus pour les armes à feu, histoire de sentir qu’on a un gros canon (complexe d’infériorité, toussa), mais en-dehors de ça, c’est un titre qui vous rappellera les grandes heures du hack and slash. On sent considérablement la patte des anciens développeurs d’Iron Lore mais aussi de ceux de Blizzard North. Petite note d’histoire vidéoludique : Blizzard North s’appelait à l’origine Condor Software mais a été racheté par le géant d’Irvine après avoir eu l’idée de génie de développer… Diablo ! Le studio s’est chargé des premier et deuxième opus, qui ont marqué toute une génération. Ces gens de talent ont ensuite démissionné et ont dissous Blizzard North. Le créateur de Warcraft a par la suite imaginé Diablo III… Vous vous demandiez pourquoi le feeling n’y était plus ? Et bien voilà. On est dans la plus pure tradition de l’action RPG et c’est un bonheur. C’est bien pourquoi j’ose parler de résurrection du genre, et pour la modique somme de 25 foutus euros mesdames et messieurs ! En plus de cela, l’atmosphère est glauque et sombre à souhait. Ne le dites à personne, mais ça m’avait manqué ces corps de pixel démambrés marquant l’esprit tordu des décorateurs de donjons.

Grim dawn skill points

La bande son en elle-même est un immense appel du pied à Diablo premier du nom avec ses accords de guitare grattés en lenteur et avec parcimonie, flottant dans l’air… avec un soupçon de hard rock tendance gothique, juste ce qu’il faut pour se mettre dans l’ambiance. Tout ceci contribue parfaitement à l’atmosphère générale teintée de western industriel tendance steampunk, mais pas trop. Oui, ça a l’air bizarre, mais en vrai, c’est un monde très bien imaginé par une petite équipe de dix personnes qui ont mis six ans à en accoucher. Quand on sait que le Kickstarter a cartonné et qu’ils se sont quand même donnés la peine de mener à terme tout ce qu’ils avaient prévu à l’origine, proposant aux joueurs une aventure à la fois longue, complète et de qualité, ça force le respect. Surtout au vu des pratiques de certains autres acteurs de l’industrie étant passés par la case crowdfunding.

Glorious Dawn

Pour reprendre un terme du jeu (non, je ne me suis pas planté), ce Grim Dawn est en réalité une aube glorieuse pour les joueurs PC et tous les fans de hack and slash digne de ce nom. Doté d’atouts incroyablement développés et de qualité pour une production indépendante, je ne lui trouve comme défaut que cette facilité de début de partie et l’impossibilité de choisir d’emblée le mode difficile. Le talent et l’expérience de « vrais de vrais » ayant à cœur l’action RPG comme on le faisait du temps de Diablo I & II et de Titan Quest ont été mises au service d’un beau projet que j’espère voir continuer longtemps et obtenir pléthore de DLC (pour une fois). Si vous recherchez ce feeling qui a été pas mal érodé et même écorché avec le temps, Grim Dawn est le jeu qu’il vous faut avec son atmosphère glauque et sombre, sa bande originale, son système de réputation, d’artisanat, son système de combat, etc. Pour ce prix là, il n’y a pas à hésiter.

Grim dawn inventory

[Points Positifs]

  • Excellente durée de vie
  • Bestiaire développé
  • Du loot à la pelle (et tout ce qui va avec: uniques, sets…)
  • Une atmosphère travaillée et des donjons GLAUQUES. MERCI !
  • Un scénario intéressant
  • Combats dans la plus pure tradition ARPG
  • 6 classes variées
  • Duo classe au niveau 10
  • Arbres de talents simples et efficaces
  • Les bonus de dévotion
  • Bande son irréprochable
  • Du hack and slash pur jus

[Points Négatifs]

  • Pas de version française (des fan-trads circule sur le net)
  • Trop facile en début de partie
  • Impossible de faire une première partie dans une autre difficulté que « Normal »

Note 19

Grim Dawn est disponible chez notre partenaire GoCleCd.fr.

9 commentaires
  • needle ~ Le 1 mars 2016 à 00:00

    Nice, merci pour le test ça donne envie de s’y mettre.

  • Fallanx ~ Le 1 mars 2016 à 09:06

    Je recommande egalement mais attention a la gestion des sauvegardes –

  • allensan ~ Le 1 mars 2016 à 09:40

    Kesako du multi – ladder façon diablo 2 ou 3 ?
    Sauvegarde disant ou triche possible sur PC local ?

    Car pour moi un hack n slash n’a d’interet que si il est multijoueurs.

  • klaxx ~ Le 1 mars 2016 à 09:58

    Merci pour le test. J’hésite à me le prendre du coup !

  • hexen ~ Le 1 mars 2016 à 10:08

    Je n’ai rencontré aucun problème avec la gestion des sauvegardes et j’ai plusieurs personnages. Il n’y a pas de système de ladder car la dizaine de développeurs avait peur que ça fasse distraction avec leur objectif de développer une expérience solo optimale. Le multi consiste avant tout à s’éclater avec d’autres joueurs avec pourquoi pas du PvP au passage. Chacun ses goûts en cette matière, mais pour moi un hack and slash, à la manière de l’instigateur du genre – Diablo – n’a d’intérêt de prime abord qu’en solo. Le multijoueur c’est le petit plus Periglioni.

  • allensan ~ Le 1 mars 2016 à 10:51

    Donc pas pour moi, ça m’avait déja tuer torchlight a l’époque.

  • valiguard ~ Le 2 mars 2016 à 08:42

    Merci pour ce guide, je ne connaissais pas ce jeux, qui effectivement à l’air pas mal du tout :)

  • linky ~ Le 3 mars 2016 à 11:35

    Merci pour le test, voila un jeu pour patienter jusqu’au 8 mars :)

  • darkitus ~ Le 4 avril 2016 à 20:57

    Merci pour ce test :)
    Dommage qu’il soit à ~20€, j’ai d’autres jeux à prendre, donc ça risque d’attendre xD