hexen
0 commentaires
Actualité, Early Test, Jeu vidéo, News, Test

Ion Maiden Vignette

Early Test Ion Maiden – The Evil That Woman Does

Introduite dans un jeu action-RPG que nous avons testé ici, Bombshell est sur le retour avec Ion Maiden, FPS entièrement réalisé avec le Build Engine, qui n’est autre que le moteur de Duke Nukem 3D. Faites parler la poudre… et la nostalgie.

Putain 20 ans !

Enfin 22. Cela fait 22 ans que le Build Engine a vu le jour. Ce moteur ô combien populaire a permis le développement de jeux tels que Duke Nukem, Shadow Warrior et Blood.

3D Realms mise aujourd’hui à nouveau sur le moteur qui a fait son succès en proposant Ion Maiden – une référence que je qualifierai d’à peine discrète au groupe de heavy metal britannique (ceux qui demandent lequel, je ne peux rien pour vous) -, FPS old school qui se veut dans la droite lignée des grandes heures du studio.

Ion Maiden ennemis têtes araignées
C’est à peine gore

[Un] FPS old school qui se veut dans la droite lignée des grandes heures du studio.

Rien que le nom du jeu laisse présager le meilleur : on semble prendre le chemin de l’humour potache d’autrefois. Et pour cause : Ion Maiden est développé par le studio Voidpoint : des vétérans de EDuke32 – une modernisation du Build Engine pour les machines modernes – ainsi que par des créateurs de cartes pour Duke Nukem 3D.

Retour vers le tur-fu

Vous incarnez Shelly « Bombshell » Harrison dans des événements précédant ceux du jeu Bombshell. Experte en déminage (et surtout en pétage de dents), elle va devoir combattre l’armée cybernétique de Dr. Jadus, un fanatique transhumaniste à la tête d’une secte.

Ion Maiden Neo DC
Bienvenue à Neo DC

Dès les premiers instants du jeu, on retrouve un peu de la saveur de ce bon vieux Duke Nukem 3D. Les développeurs ont marqué le titre de leur expérience et les niveaux sont bien conçus. Les gun fights se montrent rapides, old school, mais le titre manque pour l’instant de challenge. Cela est particulièrement vrai pour le boss de fin, tellement facile qu’il en est ridicule.

Le titre manque pour l’instant de challenge.

L’armurerie proposée pour le moment (revolver, mitraillette, fusil à pompe, matraque, grenade autoguidée) est classique, rien de très novateur de ce côté-là, personne ne sera dépaysé.

Comme si c’était hier

Au niveau du design, les différents personnages sont réalisés avec goût et les animations de mort sont assez sympathiques. Les textures en elles-mêmes sont réussies (autant que faire se peut avec le Build Engine, bien entendu) et les effets également.

On retrouve déjà un nombre satisfaisant d’ennemis pour une durée de jeu estimée à 4h par les développeurs.

Les différents personnages sont réalisés avec goût et les animations de mort sont assez sympathiques

Ion Maiden fusil à pompe
Come get some…

Pour ce qui est de l’aspect son du titre, les bruitages s’avèrent satisfaisants mais on ne peut que remarquer le gouffre qui sépare la voix emblématique de Jon St. John et celle, beaucoup moins marquante, de Valerie Arem. Difficile de se montrer à la hauteur de la voix légendaire me direz-vous… mais même les saillies de Bombshell manquent de conviction. L’écriture aurait d’ailleurs mérité d’aller plus loin pour rivaliser avec le politiquement incorrect de Duke Nukem de 1996.

Ion Maiden 3D c’est bien, Brutal Ion Maiden, ça serait beaucoup mieux

Destiné avant tout aux nostalgiques de la première heures, Ion Maiden est pour l’instant brut de décoffrage. Si l’on est très heureux de retrouver un jeu sous Build Engine au level design soigné, à l’humour qui semble prendre la bonne direction (mais on voit déjà des signes de faiblesse) et au gameplay nerveux qui a donné ses lettres de noblesses au genre FPS, on ne peut que faire la comparaison avec Brutal Doom, mode développé par un seul homme (Sgt_Mark_IV) au fil des ans et qui présente aujourd’hui énormément de fonctionnalités et d’ajouts au bon vieux Doom de 1993.

►  Points forts

  • Le retour du Build Engine pour les nostalgiques
  • Du vrai FPS old school
  • Très bon level design
  • Direction artistique
  • Bruitages réussis
  • L’humour semble prendre la bonne direction…

►  Points faibles

  • … mais ne devrait pas hésiter à s’assumer
  • Extrêmement classique dans son approche
  • Bombshell manque de personnalité (et les phrases piquée à Duke Nukem n’arrangent rien)
  • Cast vocal pas dingue
  • Ennemis pas bien dangereux

Ne doit pas rester vierge de toute innovation

15/20

WarLegend.net a bénéficié d’une copie presse offerte par 3D Realms. Testé sur PC.

 Ion Maiden – Trailer de lancement

Ion Maiden est disponible en accès anticipé sur PC et Linux.


Achat GoCleCd.

0 commentaires