hexen
4 commentaires
À la une, Actualité, Aperçu, Jeux vidéo, News, PC, RPG, Test

Divinity Original Sin 2 War Legend

Larian Studios, basé en Belgique, nous avait déjà régalé avec un Divinity: Original Sin (notre test du premier opus ici) inspiré sur tous les plans – génial, en somme. C’est ce genre de titre qui nous rappelle que le RPG, c’est quand même un genre qui peut déboiter sévère. Après un nouveau Kickstarter tout aussi rempli de succès (quatre fois la somme réclamée), la licence signe son retour avec Divinity: Original Sin II, qui – chose incroyable – est bien parti pour constituer une version améliorée de son prédécesseur.

Plein les yeux

Force est de constater que, même si Larian Studios a conservé le même moteur graphique que pour le premier volet (Objectif : permettre au public qui a parcouru le premier Divinity de pouvoir poursuivre l’aventure avec le second sans problème. Considération des joueurs +1000) Divinity: Original Sin II se présente sous une belle robe mettant en valeur des atouts généreux. Oui, ce jeu de rôle est sexy. Le 3D isométrique vous permet de dominer les paysages fourmillant de détails et à la direction artistique impeccable. Les premières minutes nous amènent sur une plage suite à un naufrage et le talent de l’équipe de développement est de suite palpable : quelle eau, mes enfants ! À faire rêver les vacanciers de Berk-plage la côte d’Azur.

Divinity Original Sin 2 War Legend

Mais nous ne sommes pas là pour discuter pâtés de sable, aussi vous ferai-je remarquer les effets spéciaux des sorts qui ont bénéficié d’un petit lifting par rapport à Divinity: Original Sin – non pas qu’il en avaient besoin – le résultat est saisissant et très bien optimisé. La configuration requise est en effet somme toute raisonnable : une GTX 770/R9 280, un i7 et 8 Gb de RAM vous permettront de pousser tous les curseurs à fond sans souci. Rien que pour cela, il vaut le coup d’avoir dans son groupe d’aventuriers un lanceur de sorts.

L’incrust’ de Crapelle :

C’est beau, étonnamment beau même, pour un jeu qui ne demande pas une grosse config’. Chapeau bas à Larian qui prouve qu’on peut avoir un magnifique jeu sans devoir acheter la nouvelle carte graphique à 12.000€.

Plus globalement, le direction artistique a quelque peu évolué : l’ambiance un poil cartoon a complètement disparu pour laisser place à une volonté de produire des personnages plus réalistes. C’est réussi et on apprécie notamment les différences entre les peuples, que ça soit au niveau de leur design propre ou des armures qu’ils portent. En effet, le même élément d’armure se présentera sous une apparence différente en fonction que tel ou tel peuple le porte. Cela permet une grande variété et, une fois encore, la direction artistique reste irréprochable dans tous les cas – l’inspiration est clairement au rendez-vous.

Plus complet, plus complexe, plus abordable

Pour ce nouvel opus, pas moins de neuf auteurs ont travaillé sur les dialogues et l’histoire. Cela assure donc la quantité, aussi bien que la qualité, irréprochable, des dialogues. Ces derniers sont plus digestes qu’auparavant et le nombre de réponses possibles est bien plus grand. De plus, chaque ligne de dialogue que vous choisirez aura une influence sur votre personnage, ainsi que sur le déroulement de l’histoire générale.

Divinity Original Sin 2 WL 1

Parlons un peu du rituel du début de chaque RPG ou presque : la création de votre héros. Cette fonctionnalité tend à être de plus en plus complexe, avec la possibilité, dans certains jeux, de créer un visage complètement. Dans Divinity: Original Sin II, vous avez le choix entre deux types de personnages :

  • “Origin”
  • Générique

La différence entre les deux est simple. Le personnage “Origin” dispose, comme son nom l’indique, d’une origine. Il a donc une histoire propre, avec certains objectifs prédéfinis ainsi que des événements déjà écrits. Il dispose aussi de “tags” lié à son passé qui vont ouvrir des lignes de dialogue inédites. Les personnages génériques, eux, n’ont pas d’histoire à proprement parler. C’est vous qui l’écrivez au fil des dialogues, et donc du jeu. Ils sont personnalisables du point de vue visuel mais surtout de celui des capacités. Lors de la création, vous pourrez choisir entre différentes races :

  • Elfes mangeurs de cadavres
  • Humains basiques
  • Nains encore plus petits que Gimli
  • Lézards esclavagistes et connards à souhait
  • Les morts-vivants arriveront aussi, mais ne sont pas dans l’early access

divinity_original_sin_2

Larian a opté pour une plus grande personnalisation, aussi bien au début que durant la partie. On retrouve donc des aspects classiques, comme les caractéristiques que vous pouvez augmenter quand vous montez de niveau. Déjà présents dans le précédent, les talents vous permettaient d’ajouter certaines capacités “passives” comme le pouvoir de parler aux animaux, ou encore d’être maître de la fuite.

Tabassez tout le monde ou pas, l’histoire reste intéressante

L’histoire de ce Divinity Original Sin II débute sur une plage, comme pour le premier. Toutefois, contrairement au précédent opus, vous n’êtes pas un Traque-Source, mais un Ensourceleur. Vous vous réveillez donc sur une bande de sable après le naufrage du navire vous amenant dans votre nouvelle demeure : Fort Joy. Ce lieu, isolé sur une île, est la prison destinée à “purifier” tous les utilisateurs de la magie appelée “la Source”. Vous devrez donc trouver votre chemin pour échapper à cet enfer, accompagné ou non – au choix – par de loyaux acolytes.

L’incrust’ de SuperWho? :

Le fait de se retrouver cette fois-ci du « côté obscur de la force » constitue une excellente initiative de la part de Larian Studios. J’ai vraiment aimé me retrouver dans ce rôle tant décrié dans le premier opus et ai maintenant hâte de voir ce que nous réserve la suite.

Dès le début, vous ferez face à de nombreuses menaces, comme des petits êtres rampants dégueulasses provenant du “Vide”, ou encore des tortues-lama qui vous cracheront dessus. Vous devrez aussi faire face aux nombreux complots, et trouver votre ligne directrice à travers tous les intérêts présents à Fort Joy.

Divinity Original Sin 2 War Legend

Déjà dans le premier opus, le nombre de quêtes présentes dans le jeu s’avérait gigantesque. Divinity: Original Sin II dispose d’autant de missions attribuées par différents PNJ. Une grande nouveauté est la possibilité d’archiver les objectifs complétés. On pourrait se dire que c’est n’est pas grand-chose, mais mon dieu ce que ça fait du bien d’avoir un journal constitué uniquement des quêtes en cours.

En terme de difficulté, on retrouve la patte de la licence, avec des énigmes, beaucoup de réflexion, et des aboutissements différents selon vos choix. Si il y a presque toujours un moyen de régler les conflits pacifiquement, il est inévitable que vous ayez à combattre.

Du tour par tour, à l’ancienne

La volonté de Larian Studios de se rapprocher du jeu de rôle papier au maximum se ressent surtout dans le système de combat. On se retrouve avec du tour par tour ponctué de variations selon l’état des personnages (gelés, assommés, etc.).

Les combats sont basés, comme précédemment, sur un système de points d’action. Chaque action utilisera un nombre de points bien défini, aussi bien au niveau des sorts qu’au niveau des déplacements. Si vous n’utilisez pas un ou plusieurs PA, vous les conserverez pour le tour suivant. Cela oblige le joueur a bien évaluer ses besoins et donc gérer ses actions aussi bien pour le tour présent que pour le ou les tours suivants.

Divinity Original Sin 2 War Legend

L’autre aspect important des combats est l’interaction des éléments. En effet, envoyer une boule de feu, suivie par des éclats de glace n’a pas de sens dans ce jeu. Il existe des combinaisons entre tous les éléments, à vous de trouver vos enchaînements préférés. Cet aspect est très important car il vous aidera sans aucun doute à gagner plus d’une confrontation, grâce à l’optimisation des dégâts que cela apporte. Pensez par exemple à répandre de l’huile avant d’y envoyer un sort de feu, ou bien à faire tomber la pluie pour faire tomber la foudre dans les flaques d’eau. La magie, c’est la garantie d’une soirée réussie.

L’incrust’ de SuperWho? :

Toujours aussi jouissif de faire interagir les éléments. Je n’ai jamais ressenti autant de plaisir à jouer un mage qu’en parcourant la licence Divinity. Cela nous conduit également à faire des erreurs qui nous encouragent à l’autoflagellation : combien de fois ai-je oublié que le sang pouvait conduire l’électricité, au grand bonheur de mes adversaires ? La dynamique qui en résulte pour les combats est très intéressante et risque d’apporter énormément au multi.

Une bande originale qui se contente de faire le travail

La bande originale de Divinity: Original Sin était agréable à l’oreille mais pouvait néanmoins se révéler quelque peu entêtante à la longue car répétée sans cesse. Si la musique à laquelle vous aurez droit dans ce second volet ne présente pas nécessairement plus de variations, elle demeure très agréable tout en se faisant moins remarquer, ce qui devrait résoudre le problème cité ci-avant. On aurait apprécié un thème plus épique regorgeant d’ampleur lors des combats.

Par ailleurs et c’est à notre connaissance une première, vous voilà désormais en mesure, lors de la création de personnage, de choisir l’instrument qui jouera principalement la musique du jeu. Bansurî, oud, tambûr, violoncelle, faites votre choix. L’idée est sympathique même si relevant avant tout de ce que l’on pourrait appeler “gadget”.

La qualité des effets sonores est tout à fait correcte. Les éclairs craquent, les lames tintent… je ne vais pas tous vous les faire. La réalisation suit également à ce niveau-là sans problème.

L’incrust’ de Crapelle :

La bande son est agréable, mais pas transcendante. Elle permet de passer plusieurs heures d’affilée sans provoquer de gêne sonore. Elle ne rentre toutefois pas dans les chefs d’œuvre musicaux du jeu vidéo contrairement à la bande son de Kingdom Hearts par exemple.

Divinity Original Sin 2 War Legend

RPJouissance

C’est pas la bonne orthographe, on sait ! Et alors ?!

Conclusion de SuperWho? : Larian Studios repousse les limites pour nous offrir un superbe RPG, je leur rends hommage en repoussant les limites de l’orthographe. Vous l’aurez compris, Divinity: Original Sin II s’annonce comme un excellent représentant du genre dont il est issu. Doté de superbes graphismes et de ce qu’on peut carrément appeler une âme, le titre de Larian a tout pour plaire au fan de jeu de rôle. On apprécie particulièrement le fait de se retrouver cette fois-ci dans la peau d’un Ensourceleur alors que notre rôle consistait à les traquer dans le premier opus. La direction artistique est quant à elle à tomber, variée et exécutée avec talent.

Conclusion de Crapelle : À tous les fans de RPG : ce jeu va vous vendre du rêve. Divinity: Original Sin II a tout pour plaire, comme le dit Superwho?. Graphiquement très beau, et avec la même config’ recommandée que pour le premier opus, Larian montre que la communauté a de l’importance pour eux. En terme de réalisation, c’est très réussi, avec des dialogues offrant beaucoup de choix, et donc beaucoup de conséquences. Qu’on veuille bourriner ou y aller en douceur, l’histoire reste passionnante. De même, comme l’a dit notre cher (hum) rédac’ chef, se retrouver dans la peau d’un Ensourceleur après avoir dû les pourchasser précédemment est à la fois surprenant et agréable. Bravo à Larian pour ce jeu, qui fera partie de mon top 5 de tous les temps, sans aucun doute.

Divinity: Original Sin II est disponible en précommande – laquelle vous donnera immédiatement accès à l’accès anticipé en cours – chez notre partenaire GoCleCd.

Cet aperçu a été co-écrit par Hexen, rédacteur en chef, et Crapelle, rédacteur en chef adjoint.
War Legend a bénéficié d’une copie presse PC fournie par l’éditeur de ce jeu.
4 commentaires
  • valiguard ~ Le 17 septembre 2016 à 20:16

    Hum merci pour cet article qui me met l’eau à la bouche. Je pense que je me le prendrai avant noël du coup ☺

  • crapelle ~ Le 17 septembre 2016 à 23:01

    Je te le conseille vivement @valiguard. Cela dit, il ne sortira qu’en 2017, rapé pour la Noël :)

  • gvyop ~ Le 18 septembre 2016 à 09:24

    Vous semblez vraiment emballés et ce n’est pas le 1er article encenseur que WL publie sur ce jeu. Perso vue iso et tour par tour ont toujours eu du succès chez moi, je trouve que c’est une bonne combinaison qui évite la pression industrieuse du tps réel.

  • valiguard ~ Le 18 septembre 2016 à 10:34

    @crapelle oui en version final l’early acces est déjà disponible sur steam.
    @gvyop de même depuis le premier Fallout, j’ai un vrai penchant pour le tour par tour.